Communiqué de Presse : 2ème tour des Primaires de la Gauche – 29 janvier

Le Rassemblement des Gauches pour unique boussole !

Mes Interventions

Député de la 2ème circonscription des Ardennes, je constate, chaque jour davantage, l’exaspération et la défiance des citoyens entre eux, la détestation et la suspicion généralisée envers la démocratie représentative et toute forme d’autorité, le divorce grandissant des citoyens envers leur propre pays et surtout l’Europe.

Les résultats obtenus par le Front National dans mon département au 1er tour des élections régionales de décembre 2015 avec près de 40%, et un taux d’abstention de plus de 50%, en témoignent.

C’est pourquoi, les idées portées par le Projet France et exprimées par Arnaud Montebourg le 21 août dernier à Frangy-en-Bresse pour un service national civil, humanitaire ou militaire de 6 mois obligatoire, la 6ème République, l’augmentation du pouvoir d’achat par la fiche de paye, le Made in France pour défendre notre appareil productif, l’industrie et l’emploi, le Contrat d’activité, le soutien au Télétravail, l’affirmation comme priorité nationale de l’investissement public pour le développement des territoires périphériques et ruraux, la création d'une Agence Nationale de Rénovation Rurale (ANRR), la construction de dispensaires en matière de Santé, la possibilité d’accès à une mutuelle publique à 10 euros par mois pour chaque Français, le dédoublement des classes du CP au CE2, ou encore la refondation du Traité de Rome pour une Europe plus protectrice et la définition d’une diplomatie française non alignée sur celle des Etats-Unis ont reçu mon soutien tant elles me paraissent répondre aux attentes des ardennaises et des ardennais, et à la nécessité de relever le drapeau du discours du Bourget de janvier 2012.

Pour autant, au regard des 1 600 000 suffrages exprimés lors du 1er tour des Primaires de la Gauche ce 22 janvier, il ressort que le candidat Arnaud Montebourg n’a obtenu que 17,52%, très loin des résultats espérés.

La déception est forte, alors que le diagnostic posé demeure et réclame une réponse politique urgente, mais force est surtout de constater que c’est la ligne politique que j’ai défendue depuis près de 5 ans à l’Assemblée nationale qui s’est majoritairement imposée au vu des résultats consolidés Hamon/Montebourg.

C’est pourquoi, convaincu que la Gauche doit être de Gauche, que le modernisme ne peut rimer aujourd’hui comme demain avec Fillonisme ou Lepenisme, le Rassemblement des Gauches est une exigence qui s’impose.

Par conséquent, compagnon politique actif de Benoît Hamon depuis le Congrès de Reims en 2008 jusqu’au discours de Frangy-en-Bresse le 21 août dernier, et signataire des deux motions de censure de Gauche dans le cadre de la loi travail, finalement imposée par Manuel Valls avec le 49.3, je voterai dimanche 29 janvier pour Benoît Hamon.

Christophe Léonard, député des Ardennes