Communiqué de Presse : Les Ardennes face au terrorisme

Ni surenchère, ni angélisme mais l’action déterminée et raisonnée de l’Etat républicain !

Communiqués nationaux

Après Charlie-Hebdo, le Bataclan, Magnanville et Saint-Etienne-du-Rouvray, une chose est sûre, le terrorisme djihadiste poursuit son action sur notre territoire.

Notre pays est-il le seul à être visé ? Malheureusement NON ! Les tragédies de ces derniers mois en témoignent. Pour autant, notre universalisme, notre modèle social et démocratique, nos valeurs républicaines, notre diplomatie internationale comme notre capacité militaire sont clairement ciblées.

Face à ces attaques, la France n’est pas restée l’arme au pied. L’Etat d’urgence incarne à lui seul la mobilisation générale de notre pays.

De fait, le déploiement de la Force Sentinelle, le recrutement de 11000 militaires supplémentaires pour la Force Opérationnelle Terrestre, la loi relative au renseignement de juillet 2015, la loi du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l'efficacité et les garanties de la procédure pénale, le plan d’équipement des Forces de Sécurité Intérieure, le recrutement de personnels supplémentaires dans l’Armée, la Police, la Gendarmerie, les Douanes et la Justice mais aussi l’appel aux réservistes opérationnels ont permis de renforcer la protection de notre pays.

Est-ce suffisant ? De toute évidence, le risque zéro n’existe pas !

A cet égard, on ne peut que regretter que celles et ceux qui crient au loup aujourd’hui sont les mêmes qui ont contesté vigoureusement la mise en œuvre de ces mesures et surtout sont les mêmes qui sur la période 2007-2012 ont sacrifié les effectifs de nos forces militaires, de sécurité intérieure et de renseignement. La période Sarkozy, Fillon, Juppé et Le Maire a été calamiteuse en la matière. Les cris d’orfraie des collaborateurs et sous-collaborateurs d’hier n’y changeront rien. Les faits sont têtus !

Dans les Ardennes, la dimension frontalière de notre département comme notre proximité géographique avec Paris font que nous sommes potentiellement un territoire de transit et une possible base arrière. L’actualité de ce mois d’août nous le rappelle tristement.

Ce simple constat appelle en réponse une action déterminée et raisonnée de l’Etat républicain.

C’est pourquoi, rapporteur fin juin au titre de la Commission de la défense de l’Assemblée Nationale d’une Mission d’information parlementaire sur la présence et l’emploi des forces armées sur le territoire national, dont la 1ère préconisation vise à renoncer à la posture actuelle, essentiellement statique, de nos forces pour permettre de libérer des effectifs qui seront utiles pour des missions de contrôle de zone notamment aux frontières et dans les zones rurales, j’ai demandé au Ministre de la Défense l’implantation au plus vite d’un détachement de la Force Sentinelle dans les Ardennes pour opérer une surveillance approfondie des points de passages avec la Belgique, ainsi qu’au Ministre de l’Intérieur le doublement, sur la base d’une mixité Gendarmerie-Police, des effectifs de l’antenne de renseignement territoriale anti -terroriste qu’il était venu inaugurer le 24 juillet 2015 à Revin.

Christophe Léonard, Député des Ardennes