Communiqué de Presse : Après le 1er tour des élections présidentielles 2017

Les vrais enjeux sont devant nous !

facade revin 2

Pour la deuxième fois sous la 5ème république, le Front National est présent au 2ème tour de l’élection présidentielle avec près de 7 700000 voix obtenues, soit un total de 21,4% des suffrages exprimés.

La 1ère fois, c’était le 21 avril 2002, où avec 4 800 000 voix le FN avait totalisé 16,86% des suffrages exprimés.

Force est donc de constater que ce premier coup de semonce n’a pas été entendu et que rien n’a été fait depuis, ou insuffisamment, pour éviter que ce scénario ne se répète. A tel point que cette situation ne semble plus soulever d’autre réaction qu’une acceptation résignée comme si tout cela était devenu banal. Presque normal au fond, laissant même la place au soulagement d’un score dont les commentateurs pensaient qu’il aurait pu être bien pire.

De fait, le débat démocratique de cette élection présidentielle a été confisqué aux Françaises et aux Français avec d’un côté les affaires et de l’autre l’omniprésence des sondages dont le centre d’intérêt a consisté à façonner l’identité du « meilleur candidat statistique » à opposer à Madame Le Pen au 2ème tour.

Pourtant, à l’image des Ardennes où le FN réalise un score historique avec 32,41% des suffrages exprimés, il est incontestable que la France est coupée en deux avec d’un côté une partie du pays qui va plutôt bien et de l’autre une France qui vit mal depuis trop longtemps et ne voit pas de perspectives d’amélioration.

Cette situation exige des réponses urgentes !

A cet égard, je peine à identifier aujourd’hui dans le projet porté par Monsieur Macron les éléments qui permettront demain de répondre à la réalité quotidienne de nos compatriotes qui par désespérance et abandon trouvent dans le vote FN l’expression de leur colère et d’un appel au secours pour eux-mêmes, leurs enfants et petits-enfants.

C’est pourquoi, s’agissant de l’élection présidentielle, convaincu d’une part que le projet politique du FN est incompatible avec la construction républicaine d’un avenir collectif pour la France, le 7 mai prochain, je voterai contre la candidate frontiste au moyen du seul bulletin de vote disponible pour cela.

Mais, convaincu d’autre part qu’une autre politique est indispensable pour notre pays, fidèle aux valeurs qui sont les miennes, je travaillerai dans les semaines à venir au rassemblement des électrices et des électeurs de gauche sur la 2ème circonscription des Ardennes pour ensemble proposer des réponses concrètes aux problématiques de travail, de pouvoir d’achat, de santé, de sécurité, d’éducation et de culture qui se posent à notre territoire, et pour combattre toutes les remises en cause des protections sociales quelles qu’elles soient, motivées le plus souvent au nom d’une pseudo modernité mais dont la seule logique est toujours d’être dur avec les faibles, et faible avec les forts.

Les vrais enjeux sont donc devant nous avec les élections législatives des 11 et 18 juin prochains.

A cette occasion, la Gauche doit retrouver le chemin de l’unité car c’est bien la division qui hier l’a empêchée de se qualifier au 2ème tour de l’élection présidentielle alors que l’addition des résultats obtenus par Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon lui aurait permis avec près de 26% d’être en tête sur une base programmatique convergente et porteuse de progrès.

Christophe Léonard, député des Ardennes