Communiqué de presse : Avenir éducatif de nos enfants : Le ZERO pointé du Rectorat !

Depuis juin 2012, je suis à l’initiative d’une proposition de nouvelle offre de formation pour les lycées Vauban de Givet et Jean Moulin de Revin dans une volonté de non concurrence, de complémentarité et d’excellence.

Communiqués nationaux

Cette démarche vise notamment à mettre en oeuvre un « Pôle langue territorial » sur le bassin de vie Givet/Revin autour de l’anglais, de l’allemand et du néerlandais.

Malheureusement, alors que les kermesses de nos écoles ponctuent la fin de l’année scolaire 2013/2014, qu’un chargé de projet « Pôle langue territorial » a été désigné fin février, que le 16 avril lors de la réunion d’information des deux conseils d’administration des lycées Vauban et Jean Moulin un élargissement de l’offre de formation a été annoncé, que dernièrement j’ai annoncé la réservation d’un montant de 20 000€ sur ma réserve parlementaire 2015 pour accompagner les communes du bassin de vie Givet/Revin qui souhaiteraient initier des actions linguistiques dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires et que plusieurs communes ont déjà répondues présentes, force est de constater que tel un pompier pyromane le Rectorat poursuit une trajectoire erratique contraire aux engagements pris devant les élus, les parents et l’ensemble de la communauté éducative.

A 3 jours des vacances d’été, le constat est en effet sans appel :

  • la nomination d’un nouveau Proviseur pour le lycée Vauban en septembre 2014, avec le maintien d’un Proviseur-adjoint se fait toujours attendre et la dotation globale horaire de l’établissement pour l’année scolaire à venir est maintenue dans le flou le plus complet,
  • les annonces faites le 16 avril pour un enrichissement de l’offre de formation autour notamment des options DGEMC (Droit et Grands Enjeux du Monde Contemporain) et LVA (Langue Vivante Approfondie) en Terminale et Première L semblent restées « lettre morte » alors que la mutualisation non validée des enseignements existants entre Revin et Givet avance, elle, dans l’ombre et à marche forcée,
  • les conclusions du travail conduit par le chargé de projet « Pôle langue territorial » attendues pour fin mai/début juin demeurent secrètes,
  • le 19 mai par courrier, le Rectorat a clairement menacé la section européenne Anglais du lycée Vauban pour la rentrée 2015,
  • la semaine dernière les directeurs/trices d’écoles ont été informés que les instituteurs/trices n’étaient plus autorisés dorénavant à dispenser des initiations à l’allemand, tandis que celles et ceux qui participent sur leur temps extra-professionnel rémunéré par les communes aux TAP (Temps Accueil Péri-éducatif) étaient invités à réduire leur temps d’intervention menaçant ainsi de fait l’organisation des communes pour conduire au mieux la mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires,
  • les difficultés budgétaires consécutives au détournement d’argent public pour un montant de 500 000 € dont les établissements scolaires de Givet, Vireux-Wallerand, Fumay et Rocroi ont été victimes ne sont toujours pas réglées, si ce n’est de façon cosmétique et en façade,
  • la concertation souhaitée par le Ministre de l’Education nationale en juillet 2013 et dédiée à l’avenir des lycées de Givet et de Revin autour d’un groupe de travail devant réunir les élus concernés, les organisations syndicales d’enseignants et les fédérations de parents d’élèves n’a pas eu lieu, et cette instance n’a donc pas pu rendre la moindre conclusion,
  • enfin alors que la réflexion sur une évolution possible de la sectorisation des collèges suggérée par le Cabinet du ministre en juillet 2013 a démarré le 12 mai dernier et que j’ai demandé officiellement à y être étroitement associé compte tenu des 13 collèges en activité de la circonscription, les réunions s’enchaînent à un rythme soutenu sans que j’y sois systématiquement et naturellement invité…

Je demande dès lors instamment au Rectorat de respecter sa parole et de changer de comportement, faute de quoi, il n’échappera pas à une « convocation » devant les parents et les élus.

Le Zéro pointé d’un jour ne conduit pas toujours systématiquement à une exclusion définitive le lendemain …

Il est donc encore temps de se ressaisir, mais il faut maintenant faire vite !


Christophe Léonard, Député des Ardennes