Communiqué de Presse : Création d’une filière d’ingénieur à l’IFTS de Charleville-Mézières

Les Ardennes doivent être au cœur de la révolution 3D. J’y travaille !

Communiqués nationaux

Hier, la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) a donné un avis favorable avec des recommandations pour l'inscription de l'Institut de Formation Technique Supérieur (IFTS) de Charleville-Mézières dans une filière d'ingénieur en apprentissage dédiée aux procédés innovants en Matériaux et Mécaniques.

L’ouverture de cette nouvelle formation, qui sera demain un atout majeur d’attractivité supplémentaire pour l’IFTS, en interaction avec le tissu économique local, est le résultat du travail entrepris depuis bientôt 2 ans par l’Université de Reims Champagne-Ardenne en lien avec l’IUMM et le Pôle de Compétitivité MATERALIA.

Je me félicite du bon aboutissement de ce dossier que j’ai soutenu activement ces dernières semaines auprès du Premier Ministre, de la Ministre de l’Education Nationale, du Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de la Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue Social à qui le projet avait été présenté directement le 2 novembre lors de son déplacement dans notre département à mon invitation.

Je suis en effet convaincu que cette nouvelle formation d’enseignement supérieur s’inscrit dans une dynamique propice au développement de l’industrie ardennaise qui lui permettra de relever les défis de la révolution technologique en cours dans les métiers de la fabrication additive.

A cet égard, dès 2013, j’ai défendu avec succès auprès d’Arnaud MONTEBOURG, alors Ministre du Redressement Productif, la labellisation nationale du projet intitulé « FabLab smart matérials » porté par l’IFTS avec à la clé une subvention de près de 100 000€.

Par la suite avec ma réserve parlementaire, j’ai également initié l’implantation de deux antennes du FabLab de l’IFTS dans les communes de Rimogne et de Bogny-sur-Meuse en partenariat avec les Communautés de communes Portes de France et Meuse et Semoy, et ai équipé en imprimantes 3D les 17 collèges et lycées de la ma circonscription, afin de sensibiliser tous les publics à la fabrication additive.

Aujourd’hui, je suis par conséquent heureux d’avoir contribué à ce résultat.

Christophe Léonard, député des Ardennes