Communiqué de Presse : « Les Shadoks » seraient-ils à la manoeuvre ?

Le 16 janvier dernier, lors de la séance plénière du Conseil Général, le groupe UMP et divers droite a rejeté les avancées démocratiques et républicaines (parité, équilibre démographique, élection tous les 6 ans) proposées par la réforme cantonale mise en oeuvre par l’Etat et validées par le Conseil Constitutionnel le 16 mai 2013.

Communiqués locaux

Suite à cette décision, la propagande électorale « Touche pas à mon Conseil général » payée aux frais du contribuable ardennais démontre, au mépris de l’intérêt public, que la droite ardennaise est prête à tous les dévoiements pour défendre ses petits intérêts politiciens, y compris celui de ternir durablement l’image de notre département.

Slogan impératif, visuel sanguinolent sur fond de ciel orageux, signée du logo du Conseil Général des Ardennes, cette manipulation estomaque et sidère citoyens, contribuables, électeurs et tout particulièrement les associations qui reçoivent régulièrement une fin de non-recevoir à leur demande d’aide financière pour cause de budget départemental fragile.

Depuis janvier 2014, ce ne sont en effet pas moins de 15 encarts publicitaires dans la presse, doublés d’une campagne sur les radios locales et de clips vidéo sur internet, qui ont été achetés pour soutenir la vision surannée du groupe UMP et divers droite.

Ces dépenses qui dépassent allégrement les 50 000€ n’ont fait l’objet d’aucun débat.

Aucun vote ne les légitime !

Le Groupe Socialiste et divers gauche dénonce avec force cette confiscation démocratique qui illustre une fois de plus la conception moyenâgeuse que la majorité départementale a de l’exercice de son mandat : celle d’une chasse gardée, d’une sinécure propice au saupoudrage clientéliste et à tous les abus dans l’entre soi le plus opaque.

Dans cette affaire, la légalité de l’utilisation à des fins partisanes des deniers publics est clairement posée au regard du Code général des collectivités territoriales, du Code électoral voire du Code pénal, d’autant qu’elle s’inscrit en période d’élections municipales en mars et sénatoriales en septembre.

Ces dernières qui avaient déjà donné lieu au « Woinic tour » de juillet 2008 se préparent manifestement aujourd’hui par un « Grand guignol cantonal »…

Personne n’est dupe de ce détournement. Notre Groupe entend par conséquent faire respecter le Droit par toutes les voies juridiques à sa disposition.

Le Groupe Socialiste et divers gauche : Claude Ancelme, Christian Apotheloz, Gérard Drumel, Bruno François, Bertrand Jenin, Christophe Léonard, Rachelle Louis, Hugues Mahieu, Jacques Morlacchi, Erik Pilardeau, Dominique Ruelle, Benoît Sonnet