Communiqué de Presse : Groupe La Poste : Monologue social !

Christophe Léonard déplore l’absence de concertation au sein du Groupe La Poste dans les Ardennes

Communiqués nationaux

Christophe Léonard a reçu hier à sa permanence les postiers revinois en grève suite à la décision unilatérale de la direction régionale Meuse/Champagne-Ardenne du Groupe La Poste de supprimer la prime de tri et de distribution des plis électoraux.

Le député de la 2ème circonscription des Ardennes constate de fait que les postiers n’ont été informés de la suppression de cette prime que la semaine dernière alors que les élections municipales sont programmées de longue date les 23 et 30 mars prochains.

Les personnels ont par conséquent été mis en demeure d’accepter la détérioration de leur pouvoir d’achat sous peine de sanction disciplinaire, au mépris de tout dialogue social, quand d’autres zones géographiques plus progressistes sans doute à l’exemple de Paris, des départements des Hauts-de- Seine, de l’Ille-et-Vilaine, des Côtes-d’Armor et de la région Alsace voient la situation antérieure maintenue.

Ce traitement inégalitaire est d’autant plus ubuesque que le Groupe La Poste dans une publication récente adressée au député se targue d’avoir signé au début de l’année 2013 un accord sur la qualité de vie au travail suite aux travaux de la Commission du Grand Dialogue.

Cela ne s’invente pas !

S’agissant par ailleurs de l’économie attendue de 12€ pour 100 plis distribués, elle doit naturellement être appréciée au regard des bénéfices réalisés par le Groupe La Poste en 2013 en progression de 31% par rapport à 2012 avec 627 millions d’euros.

Dus pour moitié au Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi chiffré à 297 millions d’euros pour 2013, et par conséquent à l’aide de l’Etat et des contribuables, ces résultats n’ont visiblement pas encouragés le Groupe La Poste à créer les conditions d’un échange équilibré et équitable avec ses personnels comme l’ambitionne pourtant son plan stratégique.

C’est pourquoi Christophe Léonard appelle le Groupe La Poste à ne pas se satisfaire de la possible réquisition de ses salariés fonctionnaires ni de la pression exercée sur ses cadres pour distribuer les plis électoraux, mais au contraire à trouver les voies du dialogue pour négocier une solution de sortie de conflit.

En effet, si aucune solution n’est trouvée, un véritable embouteillage est à redouter pour les élections européennes à venir. Il ne s’agira plus alors de desservir les seules 4074 municipalités de plus de 2500 habitants, mais bien les 36 685 communes de France. Christophe Léonard rappelle que les facteurs sont bien souvent le dernier maillon du lien social et du vivre ensemble dans notre société moderne puisque le seul contact humain de la journée pour des millions de nos concitoyens isolés.

A ce titre, ils méritent considération et respect.

Un courrier en ce sens a été adressé au Président Directeur Général et au Directeur régional du Groupe La Poste, ainsi qu’à Madame Fleur Pellerin, Ministre déléguée compétente dans ce dossier.