Communiqué de Presse : Pourquoi j’ai voté NON !

Vote sur le projet de loi autorisant la ratification du Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire

Communiqués nationaux

Un vote de cohérence :

J’ai exprimé aujourd’hui dans l’hémicycle un choix de conviction et de responsabilité motivé par le respect de la parole donnée lors des récentes campagnes présidentielles et législatives conduites sur la 2ème circonscription des Ardennes, mais aussi lors de la campagne pour les élections européennes de 2009.

Ce vote est conforme à mon engagement politique, militant et citoyen.

Depuis plus de 20 ans, on refuse de s’attaquer aux causes réelles et sérieuses de la crise : l’absence de règles sociales, fiscales et environnementales identiques partout et appliquées par tous.

Quelle est la situation économique des Ardennes ?

  • notre taux de chômage est à 12% au 1 er trimestre 2012 contre 9,6% nationalement,
  • notre taux de pauvreté a progressé de 1,2 point entre 2008 et 2009 pour atteindre 18,6%, hausse la plus élevée des départements de France métropolitaine,
  • département le plus industrialisé de France, depuis 10 ans les Ardennes ont perdu 7 700 emplois dans les secteurs marchands non agricoles dont 6 500 emplois dans l'industrie,
  • depuis 10 ans, et malgré une natalité favorable, les Ardennes ont perdu 6 800 habitants, soit -0,24% par an en moyenne. Ce Traité est-il une réponse à la hauteur de cette réalité ?

NON !

Ce traité réduit en fait la politique économique à une règle de droit à laquelle les parlements nationaux devront se soumettre. Ce traité est avant tout la sacralisation d’une politique d’austérité dont l’échec est manifeste. Regardons ce qui se passe actuellement en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Italie…

Je refuse de valider cette logique de déclin.

Par mon vote, j’ai souhaité manifester fermement ma volonté et ma détermination de voir s’engager rapidement l’élaboration d’une autre Europe !

Un vote d’exigence pour une Europe des peuples :

Aujourd’hui, l’Europe sociale est synonyme de licenciement ! L’Europe politique, d’impuissance et de déni démocratique ! L’Europe économique, de plan d’austérité !

Voilà où nous ont menés des années de libéralisme forcené.

Dans ce contexte, je mesure l’importance du travail accompli depuis mai dernier par Bernard Cazeneuve, Ministre délégué en charge des Affaires européennes, sous la direction du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault et du Président de la République.

Néanmoins, François Hollande ne peut pas, à lui seul, malgré la volonté qui l’anime, réorienter durablement la construction européenne. La tâche est immense. Il faut par conséquent l’aider à créer un rapport de force positif.

Mon vote s’inscrit donc également dans la volonté de favoriser une prise de conscience des peuples européens, génératrice d’un effet de levier, capable de nous conduire collectivement vers une autre Europe. Une Europe démocratique et solidaire. Une Europe régulatrice au niveau social, fiscale, environnemental, financier et monétaire. Une Europe dotée d’une politique industrielle. Une Europe de l’énergie. Une Europe du juste échange fondée sur le principe de réciprocité, conditionnant l’ouverture de notre marché à une ouverture équivalente de la part de nos partenaires commerciaux. Une Europe des services publics. Une Europe de l’éducation et de la culture. Une Europe dotée d’une politique extérieure et de sécurité commune…

En un mot : une Europe des Peuples pour les Peuples.

Tout reste à faire pour bâtir cette Europe plus juste et plus solidaire.

Les élections européennes de 2014 seront déterminantes dans la construction de cette Europe nouvelle !