Communiqué de Presse : Rendez-vous des élus Ardennais avec Guillaume Pépy

Christophe Léonard rappelle au Président de la SNCF ses responsabilités et fait des propositions

Communiqués nationaux

Alors qu'une délégation d'élus Ardennais était reçue ce mardi 23 octobre au siège national de la SNCF par son Président, le député de la 2ème circonscription des Ardennes a interrogé Guillaume Pépy pour lui rappeler ses responsabilités et a développé ses propositions.

Christophe Léonard a souligné la responsabilité historique de la SNCF dans la dégradation de la ligne Charleville-Givet. L’altération du tronçon ferroviaire le plus fréquenté de la région a démarré en effet il y a 20 ans, soit bien avant la séparation SNCF/RFF. Aujourd’hui, la vitesse commerciale et par conséquent le temps de parcours s’est passablement dégradé avec une durée de 1h20 contre 52' en 1970. Dans un contexte d’augmentation des coûts de l’énergie, où l’on cherche à privilégier les transports collectifs, et alors que cette desserte enregistre 900000 voyageurs par an avec 80% d'abonnés, cette situation est inacceptable.

Il a également dénoncé la remise en cause par la SNCF dans la nouvelle grille horaire de l’accord intervenu avec les collectivités territoriales lors du bouclage financier du financement du TGV Est, à savoir :

  • la mise en place d’une unité d'affaire TGV, c’est-à-dire la continuité du TGV sur voie classique sans rupture charge, mais aussi la circulation d’une 3ème rotation TGV Charleville-Mézières/Paris en milieu de journée.

Le député de la 2ème circonscription a aussi souhaité faire des propositions et porter les revendications légitimes des usagers pour :

  • faire en sorte que les ruptures de charges lorsqu’elles ont lieu interviennent sur le même quai,
  • mettre en place un TGV au départ de Charleville-Mézières pour Paris vers 18h00 afin de gagner un aller-retour mieux adapté aux besoins, et alors qu'une rame TGV reste stationnée en gare de Reims à 16h00,
  • annuler la mise en place par la SNCF d'un service dégradé pendant l'été, lequel va à l'inverse des efforts menés par l’ensemble des acteurs du territoire pour développer le tourisme (Voie verte, Parc Naturel Régional, développement de la marque Ardennes…),
  • permettre le libre accès gratuit au TGV pour les abonnés domicile/travail du TER et les étudiants sur la desserte jusque Reims,
  • le maintien de la précédente complémentarité vers Paris le matin pour les habitants de la vallée de la Meuse alors que les nouveaux horaires TER ne permettent plus aux usagers de prendre la correspondance TGV vers Paris à 9h52 et 11h38.

Christophe Léonard a également attiré l'attention de Monsieur Pepy sur le maintien des emplois SNCF pour assurer la sécurité dans les gares commerciales et dans les trains et ainsi développer une relation client de qualité.

Il a en outre souligné en sa qualité de Président du Groupe d'amitié France-Belgique de l’Assemblée nationale sa volonté de faire avancer en collaboration avec nos amis belges le dossier de la ligne Charleville-Givet-Dinant-Namur afin que son caractère international soit reconnu et par conséquent son intérêt majeur en terme aménagement du territoire.

Cette évolution favoriserait en effet la possibilité pour cette infrastructure d'émarger le cas échéant aux projets qui seront retenus dans le cadre du futur plan de croissance européen, mais aussi d’être priorisée dans les schémas infrastructures de RFF (Réseau Ferré de France). En réponse, Guillaume Pepy a acté :

  • la mise en place prochaine de rames TGV neuves duplex lesquelles permettront de transporter 600 personnes supplémentaires par jour, soit 150 places supplémentaires par rame TGV sur les deux rotations journalières,
  • l’appui actif de la SNCF pour la réfection de la ligne Charleville-Givet en tant que 1er utilisateur de l'infrastructure,
  • la mise à l'étude d'une 3ème rotation TGV pour un départ de Charleville-Mézières vers 18h00,
  • la remise en place prochaine d'un 3ème TGV le dimanche en milieu de journée,
  • la signature imminente avec la Région Champagne-Ardenne d’une convention pour les abonnés TER et les étudiants.

L’échange entre la SNCF et les élus ardennais fut constructif et sera prolongé autant que de besoin. Un relevé de conclusions sera rédigé par les services de la SNCF pour la fin de semaine et adressé aux élus.