Dans la presse : Arnaud Montebourg dans les Ardennes

Invité par le député Christophe Léonard, l'ancien ministre du "redressement productif" a passé la journée d'hier dans le département pour promouvoir son projet.

12 07 16 a montebourg image

« Je suis content, glisse Nicolas Charlot, fondateur de la société Isics. On a eu l’occasion de montrer une autre image de notre département, souvent décrié. Arnaud Montebourg a pu observer beaucoup de jeunes dynamiques dans nos locaux. » L’ancien ministre du «redressement productif » a commencé son périple ardennais par la visite des locaux de la société Isics, spécialisée dans la création de sites Internet. Accompagné par les députés Christophe Léonard et Laurent Baumel, tous deux natifs de Charleville-Mézières, Arnaud Montebourg est venu visiter les Ardennes avec un objectif : voir comment le département s’en sortait après la crise. « Elle a touché ce département de manière significative , a-t-il déclaré dès le début de la journée. Mais il n’y a pas de fatalité au déclin industriel de notre pays. »

Arnaud Montebourg a pu découvrir une entreprise spécialisée dans le domaine du numérique. Composée principalement de jeunes, Isics ressort satisfaite du passage de l’ancien ministre. « Les échanges ont été faciles avec lui, pour Nicolas Charlot. On a pu discuter de nos différents points de vue au sujet de la formation ou de l’économie numérique. »

ACCOSTÉ PAR DES EMPLOYÉS DE SELNI

Plus tard dans la matinée, Erik Pilardeau, maire de Bogny-sur-Meuse, a accueilli l’ancien ministre au musée de la métallurgie ardennais. Dans un cadre plus intimiste, Arnaud Montebourg s’est montré intéressé par la visite guidée de René Colinet. « Je suis toujours heureux de parler de cette passion, confie l’historien du musée. Surtout quand il s’agit d’une personne qui s’est battue pour défendre l’industrie. »

L’ancien ministre du Redressement Productif a ensuite pris la direction de Revin, sur le site de Selni (ex-Electrolux). Il y a deux ans, alors qu’il était ministre, Arnaud Montebourg s’était opposé au départ d’Electrolux vers la Pologne.

Un accord avait finalement été trouvé. Hier, il a pu dialoguer avec plusieurs employés inquiets au sujet de leur avenir et du compromis négocié à l’époque.

Pour l’ancien membre du gouvernement, « c’est normal quand une entreprise passe d’un groupe mondial à une PME . Mais j’ai rappelé qu’un bon deal, c’est mieux que d’aller à la guerre. Je n’en revenais pas de voir que cela ait fonctionné ».

Peu avant la fin de la journée, Arnaud Montebourg a confié que « la journée a été un enrichissement permanent. Les débats ont été très vifs, notamment avec les artisans rencontrés, parfois directs. »

Le périple s’est achevé hier soir à l’Hôtel de Ville de Charleville-Mézières, avec une réunion publique qui était consacrée au « Projet France ».

Vincent Marche, Journaliste L'Union - L'Ardennais, 12 07 2016