Dans la Presse : Christophe Léonard pour une capitale de région à Strasbourg

Le député frondeur s’est toujours prononcé pour un regroupement avec la Lorraine et la Picardie, il a pourtant voté pour la carte présentée par le gouvernement qui raccorde notre région à l’Alsace-Lorraine. Il revient sur les raisons de son choix.

Leonard - Campagne 2012

La Semaine des Ardennes : Pourquoi avez-vous voté pour cette carte ?

Christophe Léonard : C’est vrai que je souhaitais un rapprochement de notre région avec la Lorraine et la Picardie ou alors si on autorisait le droit d’option à l’Aisne (la capacité de se retirer d’une région ndlr), j’optais pour une région : Champagne-Ardenne, Lorraine, Aisne. Ce qui nous permettait à la fois d’être compétitifs sur le plan économique mais aussi de faire travailler ensemble des villes de taille raisonnable. Mais après avoir entendu les propos de mes collègues bretons et alsaciens, pro régionalistes et identitaires, je me suis dit que laisser l’Alsace seule comme elle le souhaitait, c’était lui donner une autonomie trop grande qui l’aurait conduit à ne quasiment plus faire partie de la France.

N’y avait-il pas une autre solution ?

Non. Entre mes collègues lorrains qui veulent être rattachés à l’Alsace, le Picards qui à l’exception du député de Château-Thierry (favorable à un rattachement avec la Champagne-Ardenne, ndlr), tous les autres veulent rejoindre le Nord Pas-de-Calais, on ne pouvait pas faire autrement.

Ne craigniez-vous pas que notre région et notre département soient « noyés » dans la masse dans un si grand ensemble ?

Ce sera aux futurs conseillers régionaux de faire en sorte que nos territoires soient entendus. Il ne faut pas oublier que cette région aura un poids bien plus important au niveau national que la seule Champagne-Ardenne.

L’éloignement de la capitale qui sera vraisemblablement Strasbourg ne vous inquiète pas ?

Non. Il me paraît naturel quand la France se bat pour que Strasbourg reste capitale européenne de la choisir comme capitale de Région. C’est comme si Paris, capitale de la France n’était pas celle de la région Île de France.

Certains élus évoquent une « compensation faîte à l’Alsace » pour justifier ce choix ?

Ce n’est pas comme ça que je le vois. Certes, Strasbourg n’est pas la ville centre de cette future grande région Mais qu’elle soit capitale ne me choque pas, je trouve même ça normal. De toute façon, si elle n’est plus à Châlons, cela aura une incidence sur les fonctionnaires qui y sont employés mais au bout d’un moment il faut être rationnel. De plus, je ne vois pas bien en quoi le fait que la future capitale soit à Metz, Nancy ou même Reims permettrait aux élus de notre région de se faire davantage entendre des autres. On peut se dire qu’avec une capitale à Strasbourg on poussera encore plus à ce que le TGV la relie le plus vite possible à Reims.

Virginie Menvielle Journaliste La Semaine des Ardennes 04 12 2014