Dans la Presse : C. Léonard veut de l’égalité

Aujourd’hui, la réserve parlementaire est ta même pour tout le monde. Un point important selon le député des Ardennes.

La réserve parlementaire : revisitée.

Depuis le changement de majorité aux dernières élections, le système de dotation change. Christophe Léonard, député des Ardennes, présente le concept.

Leonard - Campagne 2012

La Semaine des Ardennes : Aujourd’hui, vous affirmez que la réserve parlementaire est quelque chose d’égalitaire et de transparent. Pourquoi ?

Christophe Léonard : Il y avait une disparité énorme entre un parlementaire de l’opposition et un parlementaire de la majorité. Les parlementaires représentent les citoyens, ça me semble donc logique que chaque parlementaire reçoive la même réserve de manière à aider ses habitants. La nouvelle majorité parlementaire, notamment le président de l’assemblée nationale, avait, fin 2012, mis en place un nouveau système permettant à chacun de disposer de la même réserve parlementaire que son voisin. C’est une bonne chose, on constate qu’il y a une volonté d’égalité et de transparence. Bientôt, sur internet, les citoyens pourront découvrir qui sont les bénéficiaires.

Concrètement quelle est la somme qui vous est accordée ?

Je dispose de 130 000 € cet argent c’est celui des citoyens. Ce sont nos impôts. Il est donc juste, je pense, qu’il permette de venir soutenir les associations ou les collectivités locales. Cet argent, concrètement, je ne l’ai pas. Ce sont les différents ministères en disposent. Je ne fais qu’indiquer les bénéficiaires.

À qui versez- vous des subventions ?

La plus grosse partie des subventions sera reversée aux associations. Elles sont les premières victimes des collectivités. Quand le budget de ces dernières diminue, c’est automatiquement sur les subventions destinées aux associations que cela se ressent. Leurs aides sont alors identiques voire en baisse.

Il faut bien reconnaître, que donner 5 000 € à une association, c’est verser 15 à 20% de son budget. A l’échelle des collectivités, verser 20 000 € pour une salle polyvalente dont les travaux s’élèvent à plus de 2 millions d’euros, c’est purement symbolique. Ce n’est pas cette subvention qui les aidera véritablement.

La subvention attribuée sera-t-elle renouvelée ?

Non, rai prévenu les associations, elles percevront une subvention exceptionnelle. C’est la seule de mon mandat. L’année prochaine d’autres associations en bénéficieront.

Je ne choisi pas les bénéficiaires au hasard. Il faut qu’ils aient des projets concrets permettant le développement des Ardennes.

Et si la réserve parlementaire n’existait pas ?

Si ça disparaît. Ce sera réintroduit dans le budget de l’Etat et je ne suis pas sûr que ça retombe dans les Ardennes. Au moins, avec cette réserve, j’ai la garantie de pouvoir attribuer des subventions exceptionnelles dans le département.

Christophe Léonard a choisi d’orienter la plupart des subventions disponibles vers les associations :

  • Association pour le respect de l’environnement et l’aide à la mobilité (ARENAM), 5 000 € : « Ils ont plusieurs organismes, notamment te garage solidaire (Warcq). Ce dernier apprend aux gens à réparer certaines choses eux-mêmes sur leur véhicule. De cette manière, les coûts de réparation sont moins élevés. De plus, ils récupèrent également les huiles de cuisson pour les traiter, et créer du carburant. Actuellement, elles servent pour les collectivités et les agriculteurs. Peut-être que les associations pourront utiliser ce système afin d’économiser du carburant. Un litre d’huile c’est 0,60 euros. Le budget carburant est important dans les comptes d’une association. »
  • Étoile et les Flammes Carole basket (FCBA), 7 000 € et 10 000 € : les deux clubs représentent les Ardennes, ce sont des sportifs de haut niveau. « Une belle image de notre département. Avec eux, les Ardennes sont représentées un peu partout en France. »
  • Centre social et culturel André D’Hôtel, 11 000 € : Les membres s’adressent directement aux jeunes. Un point important selon le député : « Un centre crée aussi une dynamique dans une ville. Ça crée de l’animation. »
  • Association de loisir populaire et éducatif handball Revin, 7000 € : cette association voulait acheter un véhicule, elle a aussi de nombreux déplacements à effectuer.
  • La Fanny Revinoise (pétanque). 2 500 € : « La subvention peut les aider à développer la pétanque au niveau des écoles ainsi que de financer une partie des s week-ends qu’ils organisent. »
  • Association revinoise d’éducation et de loisirs (AREL). 2 500 € : réaliste de nombreuses actions telles que le Festival Contrebande. « Une manifestation importante pour la commune ».
  • Association promotion-socio -culturelle, 5 000 € : regroupe différentes associations.
  • Athlétic club Nouzonville / Bogny-sur-Meuse, 5 000 € : développer le sport, dans un dub qui réunit deux communes. « Parmi les douze, associations bénéficiaires, cinq concernent le sport. Je repartie principalement les subventions pour les associations culturelles et sportives. »
  • La Nef des fées, à Monthermé : 5000 € : organise le festival des légendes.« Tout le monde sait que les légendes, notamment dans la Vallée sont un réel atout touristique pour le département ».
  • Le Noël ardennais des privés d’emploi les plus démunis, Charleville-Mézières, 5 000€ : « C’est de la solidarité, et malheureusement, avec 20% de la population ardennaise qui est considérée comme étant dans la pauvreté, il est important de pouvoir aider un peu. »
  • Les Resto du cœur, 5000 € : pour la même raison que le Noël ardennais. « Soutenir les personnes qui en ont besoin, il y a 12% de chômage dans les Ardennes ».

Le député prévoit 60 000 € pour les collectivités locales :

  • Aubrives : 20 000€ de subvention pour la nouvelle salle polyvalente.
  • Sécheval : 8 000€ également pour une salle polyvalente.
  • Murtin et Bogny : 2 900€ pour des travaux de voirie.
  • Haybes : 8 000€ pour l’installation du chauffage central au groupe scolaire de la commune.
  • Communauté de communes Meuse et Semoy : 20 000€ consacrés à l’aménagement de la Transemoysienne. « Là aussi, pour le développement du tourisme ».
  • Damouzy : 1 100€ permettre l’achat d’un tableau interactif pour l’école. « Rendre accessible les nouvelles technologies à l’école. »

Laura Probin Journaliste La Semaine des Ardennes