Dans la presse : Christophe Léonard dans la peau de Manuel Valls pour l'Ardennais

Les manifestations contre la loi Travail débutent aujourd'hui. A cette occasion, le journal L'Union - L'Ardennais a proposé à Christophe Léonard de se plonger dans la peau du Premier Ministre.

Christophe - Portrait

"Il est impossible que je me retrouve à la place actuelle du premier ministre. J'aurais fait les choses différemment avant !"

Christophe Léonard confirme qu'il est bien député socialiste frondeur... "D'abord, en échange des 42 milliards versés pour le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi, NDLR), j'aurais demandé des contreparties aux entreprises (Recherche, modernisation de l'outil productif, formation...). Ensuite, j'aurais différencié les entreprises soumises à une concurrence internationale de celles qui ne le sont pas, écartant aussi les grands groupes mondiaux de ce dispositif." Voila qui aurait eu plus de chances, selon le député ardennais, de résoudre le chômage, et "aurait donné un autre socle de départ aux évolutions du code du travail".

Ce code "doit intégrer les nouvelles façons de travailler, clarifier les relations entre les travailleurs et les donneurs d'ordre. Ensuite, il faut penser aux artisans, aux petits employeurs, le tissu économique de nos territoires, confrontés à la peur devant les dispositifs, faute d'information, de communication. Il faut leur simplifier la vie pour qu'ils embauchent car eux ne bénéficient pas des facilités des grands groupes !"

Au final, après avoir souligné "l'absence de concertation avant de déposer le pré-projet au conseil d'état", Christophe Léonard aurait fait "une évolution, pas une réforme du code du travail. Surtout en venant après des textes qui ont déjà raté leur cible !"

Journal L'Union - L'Ardennais, 09 03 2016