Dans la Presse : Christophe Léonard dénonce les « fautes d'Electrolux »

Le député Christophe Léonard s'indigne lui aussi, de la méthode employée par le groupe suédois Electrolux.

Electrolux - Aux côtés des salariés

Dans un communiqué, il annonce que la réunion d'aujourd'hui au ministère, à Bercy, est « une réunion pour dire : non ! ».

Il exprime ensuite son écœurement : « Depuis un peu plus de quatre mois, Electrolux a voulu nous faire croire que la politique du groupe n'était ni cynique, ni manipulatrice, ni idéologique. Le 6 mars à Bruxelles, les masques sont tombés ! Le constat est là : Electrolux est bel et bien une entreprise apatride entièrement vouée à la financiarisation, une entreprise dénuée de tout sens des responsabilités quant au devenir de celles et ceux par qui elle s'est enrichie et a prospéré, âpre aux gains et à profiter des aides et avantages conséquences du dumping social, fiscal et environnemental qui prospère à l'intérieur même de l'Europe. Alors que Electrolux a enregistré une progression de ses bénéfices de 19 % au troisième trimestre 2012, que le site de Revin est rentable et que l'érosion du marché des machines à laver par ouverture par le dessus n'est qu'un prétexte, une chose est sûre : le groupe suédois a su manipuler ses salariés, les élus locaux mais aussi le gouvernement français ». Pour le député, l'annonce de la fermeture du site est évidemment « injustifiée et inacceptable » et il termine en dénonçant « la faute sociale, morale et éthique du groupe Electrolux ».

L’Union L’Ardennais