Dans la Presse : Classes à horaires aménagés musique - Le Département paiera un peu

Le conseil général financera les classes à horaires aménagés musique. Sur la base de 40 euros par élève. Une « aumône » pour Philippe Pailla.

cours musique

Cette année, huit classes du collège Jean Macé, soit 133 élèves de la 6e à la 3e (dont 74 de Charleville-Mézières) suivent un enseignement au conservatoire à rayonnement départemental, dans le cadre des classes à horaires aménagés musique (CHAM).

Mais cet enseignement coûte cher, très cher même : 650.000 euros, soit près de 5.000 euros par élève, selon les chiffres fournis par la ville, qui supporte seule cette charge, et qui s'est donc tournée vers le conseil général pour lui demander de mettre la main à la poche.

Ce qui constitue une première puisque depuis 1982, le conseil général n'a jamais été associé à cette action, qui fait l'objet d'une convention signée par la ville, l'établissement scolaire et le conservatoire.

Le président Benoît Huré avait donc demandé à ses services de faire le point de ce qui se pratique dans d'autres départements. Résultat : ceux qui financent ce type d'enseignement le font généralement à hauteur de 30 ou 40 euros par élève.

Pas d'unanimité

Lundi (jour de la fête de la musique !), le patron de l'exécutif ardennais a donc proposé à ses collègues d'apporter un soutien financier à hauteur de 40 euros par élève et d'accorder une subvention de 24.000 euros au conservatoire à rayonnement départemental, en puisant dans l'enveloppe réservée aux écoles de musique du département.

Cette contribution sera-t-elle suffisante pour le maintien de cet enseignement ? A Didier Herbillon, qui posait la question, Benoît Huré a rappelé que la ville de Charleville-Mézières s'était à l'origine engagée seule dans le financement de ce dispositif.

La question reste cependant posée et on sait que l'après-midi même (notre édition d'hier), le premier adjoint de la ville chef-lieu s'insurgeait contre ce qu'il a appelé une « aumône », en soulignant que le conseil général mettait en tout un peu moins de 30.000 euros alors que la dépense globale est vingt fois supérieure.

A noter par ailleurs que l'unanimité ne s'est pas faite sur ce dossier, au sein de l'assemblée départementale.

Sur le financement à hauteur de 40 euros par élève, Clément Servais (UMP, Vouziers) a voté contre et trois autres élus se sont abstenus : Christophe Léonard (PS, Charleville-Mézières), Benoît Sonnet (PS, Fumay) et Richard Wiblet (PS, Mouzon).

Sur la subvention de 24.000 euros au conservatoire, Clément Servais et Joseph Affribo (divers droite, Rethel) ont voté contre et Christophe Léonard, Richard Wiblet et Bruno François (PS, Mézières-Est) se sont abstenus.

Bernard Giraud Journaliste L’Union L’Ardennais