Dans la Presse : En matière de santé dans la Pointe La ministre veut une offre « globale et pérenne »

Marisol Touraine a lancé plusieurs pistes, jeudi, à l'Assemblée nationale. Notamment en affirmant son intention de renforcer l'astreinte médicale d'urgence à l'hôpital de Fumay.

hopital de fumay

C'ÉTAIT prévu*. Jeudi dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le député Christophe Léonard (PS) a interpellé la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, sur les problématiques liées à l'offre de soins dans la Pointe. Et en particulier, à l'hôpital de Fumay.

Celle-ci lui a répondu dans la foulée, à l'occasion d'une séance de questions orales sans débat.

Si la ministre a zappé plusieurs aspects du sujet (la fermeture de la morgue du centre hospitalier, l'efficience des gardes à la maison médicale, l'extension des horaires du service radiologie…), plusieurs avancées significatives ont toutefois été évoquées. Morceaux choisis.

Pour un meilleur accueil d'urgence

Marisol Touraine est d'abord revenue sur les « modifications » apportées au fonctionnement de l'antenne du Smur (Service mobile d'urgence et de réanimation) il y a déjà un peu plus d'un an, avant d'annoncer sa volonté de le « sécuriser ».

« Une réduction du nombre d'infirmières diplômées a effectivement été décidée par le centre hospitalier début 2012, a-t-elle ainsi rappelé. Il s'agissait alors d'aboutir à un meilleur équilibre entre les missions réalisées par ses services et le Smur, afin d'éviter les erreurs d'orientation des patients en situation d'urgence vitale. Par précaution, une infirmière a cependant été maintenue dans le secteur des soins externes pour y accueillir les patients en situation d'urgence en l'absence des équipes du Smur.

Afin de sécuriser ce dispositif, il est maintenant certain que la création d'une astreinte médicale supplémentaire est nécessaire, et ce en articulation avec le centre hospitalier de Charleville. Et je souhaite que ce travail soit accompli rapidement. »

Voilà qui devrait en ravir plus d'un…

« Il faut harmoniser les gardes »

Davantage d'activités au service radiologie

A ce sujet, la ministre a détaillé son intention de « développer une offre de soins programmés cohérente ». Elle a ainsi précisé que le matériel « était en cours de renouvellement pour le dépistage du cancer du sein, et que des créations de consultations de spécialistes avaient été mises en œuvre. » La problématique de l'amplitude horaire (qui est actuellement limitée**) n'a en revanche pas été abordée.

Pour des gardes plus efficaces

Marisol Touraine l'a confirmé : comme elle s'y est engagée, l'Agence régionale de santé (ARS) réunira prochainement les pharmaciens et les médecins, « afin d'harmoniser leurs permanences ».

Histoire que les usagers n'aient plus à aller consulter à une extrémité du territoire, avant de devoir ensuite filer à l'autre bout pour pouvoir récupérer leurs médicaments.

Vers une meilleure collaboration des différents acteurs

Pour la ministre, l'ARS doit également « renforcer son travail en lien avec les élus, les établissements et les professionnels de santé, afin de parvenir à une offre de soins qui soit à la fois globale, pérenne et sécurisée. »

Ce qui, à terme, passera par la mise en œuvre « d'un contrat local de santé », engageant l'ensemble des acteurs.

Voilà pour l'essentiel. En résumé, les annonces sont là. Reste plus qu'à attendre, maintenant, qu'elles se concrétisent. Rapidement ? Seul l'avenir le dira.

Christophe Léonard : « Des éléments positifs »

La réponse formulée par Marisol Touraine va maintenant servir de base de travail au député Christophe Léonard. « Bien sûr, en à peine trois minutes, elle n'a pas pu répondre à toutes mes interrogations, d'autant que la question était particulièrement dense. Mais sur le cœur du sujet, qui était l'hôpital de Fumay, j'en retiens des éléments positifs, notamment en ce qui concerne l'astreinte médicale pour les soins urgents. Je suis également satisfait qu'une réunion entre pharmaciens et médecins puisse être organisée, afin d' harmoniser leurs gardes, et en particulier le week-end, là où cela pose actuellement problème.

Enfin, autre avancée : le souhait de Madame la ministre de voir l'ARS renforcer son travail avec les élus, dont je fais partie. Ce qui, à terme, aboutira à la création d'un contrat local de santé. Tout cela, ce sont des éléments à partir desquels je vais évidemment rebondir et travailler dans les prochains jours, en prenant aussi le soin d'insister sur ceux pour lesquels je n'ai pas eu de réponse.

La finalité de la démarche, c'est bien sûr la santé de la population, mais également l'attractivité de notre territoire, qui est déjà durement touché par la précarité, le chômage et une forte baisse de la population. »

* Lire nos éditions du 24 février.

** Du lundi au vendredi, de 9 à 17 heures.

Aurélien AVIGLIANO Journaliste L’Union L’Ardennais