Dans la Presse : Eoliennes géantes au Thour

L'inauguration des plus grandes éoliennes de France, hier au Thour, a attiré la ministre de l'Écologie, au cœur des journées nationales de l'Energie.

CL inauguration parc La Motelle

L'éolien affiche ses hauts liens. Hier au Thour, l'inauguration du nouveau parc de la Motelle s'auréolait de la présence de la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Delphine Batho.

Au cœur des Journées de l'énergie (du 29 au 31 mars) et du débat sur la transition énergétique, la membre du gouvernement a visiblement eu à cœur de saluer le site aux plus grands aérogénérateurs de l'Hexagone.

Le parc se compose ainsi de huit éoliennes Vestas V112 de trois mégawatts chacune, installées sur les communes de Banogne-Recouvrance, Le Thour et Saint-Quentin-le-Petit. Premiers V112 installés en France, ces huit aérogénérateurs ont un mât qui culmine à 94 mètres tandis que leur rotor affiche un diamètre de 112 mètres.

« C'est à ce jour les plus grandes jamais installées en France, avec une surface balayée qui correspond à celle d'un terrain de rugby », notait Nicolas Wolff, directeur général de Vestas France.

« Je suis très heureuse d'être là pour cette inauguration des plus hautes éoliennes de France, qui illustrent la façon dont ce type de projet, dans le cadre de la transition énergétique, peut permettre de créer des emplois », relevait la ministre, soulignant la place du Parc de la Motelle dans « la part que doit prendre l'éolien dans le bouquet énergétique ».

Mis en service le 19 février dernier, ce parc d'une puissance globale installée de 24 mégawatts, est conçu pour couvrir « la consommation de 24.000 habitants, soit 10 % du département », précisait le président de la société exploitante, Aérowatt Energies, qui rappelait le coût global du projet de 40 millions d'euros.

Côté retombées fiscales, « les collectivités commenceront à les percevoir dès 2015 », indiquait le maire du Thour, Jean-Jacques Boucher. « Et en plus de la fiscalité partagée, les mairies d'accueil pourront bénéficier de retombées diverses comme l'amélioration de bâtiments publics… »

Premier vice-président du conseil régional, Jacques Meyer, soulignait de son côté les formations développées, notamment pour la maintenance de parc éolien, rappelant que la Champagne-Ardenne était « la première région éolienne pour la puissance installée ».

Le président du conseil général, Benoît Huré et la députée Bérengère Poletti ont, pour leur part, rappelé au passage les déboires actuellement rencontrés par le méga-projet éolien du Mont des Quatre faux, sur le sud-Ardennes, qui se heurte à la présence d'un radar militaire situé à Reims.

Déjà interpellée sur le sujet, la ministre s'est bornée à rappeler que les discussions étaient en cours.

A.B. L’Union L’Ardennais