Dans la Presse : La 3D entre à l’école

Le député Léonard a payé une partie de ces outils à l’aide de sa réserve parlementaire. En effet, il a versé 5 000 euros à ce budget.

article imprimante 3D

L'Institut de formation technique supérieur (IFTS) a le vent en poupe, et l'imprimante 3D aussi. Le laboratoire Fab-LAB, qui développera bientôt à Charleville ce joujou de pointe pour le grand public, vient d'être labellisé par l’État, qui le subventionnera à hauteur de 80 à 90 000 euros.

Ce laboratoire vient en complément du nouveau cluster Fab-ADD, pour fabrication additive, dédié aux industriels (nos éditions du 21 décembre).

Le député de la deuxième circonscription Christophe Léonard (PS) croit dur comme fer à ce projet.

Il indique en avoir parlé à plusieurs reprises avec le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Évoquant une « révolution industrielle », le député estime que le label représente « un atout supplémentaire pour favoriser l’innovation et la compétitivité de nos entreprises, mais aussi pour le développement du campus universitaire (sic) carolomacérien et l’avenir économique de notre département ».

Joignant le geste à la parole, il a décidé de compléter la subvention de l’État.

Pour Noël, il a puisé 17 000 euros dans sa réserve parlementaire pour doter les dix-sept collèges et lycées de sa circonscription d'une imprimante 3D.

À noter qu’un tel outil coûte 1 000 euros pièce.

Pour ne pas léser son canton (qui est en dehors de sa circonscription), il dit avoir sorti 5 000 euros de son compte en banque pour offrir une machine aux cinq établissements de Charleville-Centre. « Je souhaite que les jeunes Ardennais puissent profiter de ces évolutions technologiques pour participer au nécessaire rebond économique de notre département », affirme Christophe Léonard.

Qui prouve au passage l’importance en matière de trésorerie de la fameuse réserve parlementaire.

Guillaume Lévy Journaliste L’Union l’Ardennais