Dans la presse : La permanence du député, dispensaire de conseils

La permanence du député, dispensaire de conseils

10 05 16 la permanence du député

"Une forme de facilitateur", c'est ainsi que Christophe Léonard résume son rôle lorsqu'on l'interroge sur la fonction d'une permanence. Le député de la 2ième circonscription des Ardennes en possède deux, une à Revin, "le coeur géographique de la circonscription", l'autre ouverte plus récemment, au centre de la cité de Charleville-Mézières. Ouverts à tous, ces locaux permettent aux citoyens de venir s'adresser directement à leur représentant ou à l'un de ses assistants, comme Richard Deulceux, qui tient la permanence revinoise depuis le début du mandat de l'élu. "Les gens viennent nous voir car ils peuvent s'exprimer, explique-t-il,. Nous sommes à l'écoute de nos interlocuteurs." Tous les sujets peuvent être balayés. Recherche d'emploi, retraite ou démarches administratives sont les thématiques qui reviennent le plus régulièrement. Des initiatives personnelles qui peuvent parfois être précurseurs de démarches plus globales : "Un parent d'élève est venu nous voir récemment et nous a amené à intervenir pour préserver une classe de la fermeture à Sécheval". Dans les faits, le passage par la permanence n'apportera pas de solution miracle à un dossier. Le député (...) ne peut pas contourner les règles mais (...) demander son appui permet de "donner de la crédibilité aux démarches". Il a aussi la possibilité de poser une question écrite au gouvernement, pour éclaircir un point particulier de la législation par exemple. Les ministres sont tenus d'y donner une réponse dans un délai de deux mois, publiée dans le Journal officiel. Un travail de mise en relation et de conseil que le député "certes partial" estime "concrètement utile".Comme avec les particuliers, le rôle de la permanence auprès des entreprises se concentre sur de la mise en contact. Avec les services de l'Etat coordonnés par le préfet par exemple ou avec le commissaire au redressement productif, "dont l'existence n'est pas connue de tous", évoluant à l'échelle régionale et dont la tâche est notamment de chercher des solutions face aux difficultés économiques d'entreprises de moins de 400 salariés. (...) Les interventions directes existent, comme sur les dossiers de reprise des entreprises Ardam-Electrolux à Revin ou KME à Givet, mais une nouvelle fois l'élu insiste sur son rôle "d'intermédiaire".

Robin PHILIPPOT, Journaliste L'Union - L'Ardennais, 10 05 16