Dans la Presse : La Poste de Montcy-Saint-Pierre fermée tous les après-midi / Elus et usagers se mobilisent

Depuis hier, le bureau de Poste de Montcy-Saint-Pierre n'est plus ouvert l'après-midi.

cL Manif poste montcy saint pierre

« Va-t-il falloir débaptiser la rue de la Poste ? » se demandait, jeudi en fin de matinée, un habitant venu manifester à l'appel des élus PCF de la ville et de la CGT contre cette « réduction du service public ».

Sylvain Dalla Rosa, adjoint communiste au maire, reproche « le manque de concertation avec les élus » et craint que « de recul en recul, on en arrive à la fermeture, comme cela s'est déjà passé à Mohon. A l'exception du bureau de la Ronde-Couture, tous les bureaux sont touchés par des réductions d'horaire, mais la pire situation est celle de Montcy. Après la fermeture l'après-midi, on craint la suite : moins de monde, moins de chiffre et une fausse bonne raison pour fermer définitivement le bureau. C'est la casse du service public ! »

Une quarantaine de personnes a répondu à l'appel à manifester, ce jeudi, en fin de matinée, pour empêcher le bureau de baisser sa grille à midi.

Christophe Léonard, en sa qualité de conseiller général du canton et d'habitant de Montcy, a tenu à se joindre aux protestataires. Plusieurs postiers sont venus les rejoindre et écouter les interventions des élus et de Claude Blanc, de la CGT.

Les usagers présents sont choqués par cette décision, car ils pouvaient auparavant se rendre dans leur bureau du lundi au vendredi de 14 heures à 16 h 30.

Si les nouveaux horaires sont déjà effectifs, Christophe Léonard « ne désespère pas d'infléchir cette décision qui ne doit être annoncée officiellement que le 13 mai. Il faudrait au contraire accroître le service à la population en proposant, par exemple, un distributeur d'argent ».

Il a écrit au PDG de La Poste Jean-Paul Bailly pour « reconsidérer cette décision ». Par le biais du député du Puy-de-Dôme André Chassaigne, les élus communistes ont de leur côté interrogé le ministre du redressement productif sur la présence postale sur le territoire de Charleville-Mézières.

Hier, les esprits se sont un peu échauffés au moment où le directeur du bureau du théâtre, dont dépend Montcy, a voulu empêcher les manifestants d'entrer dans le local.

Finalement, Serge Janot, le directeur départemental de La Poste, a accepté de recevoir une délégation d'élus et d'usagers ce vendredi à 10 h 30, à la direction départementale, derrière la poste de l'hôtel de ville à Mézières. Les manifestants ont alors quitté les lieux, dans l'attente de cette rencontre.

Mirko Spasic Journaliste L’Union L’Ardennais