Dans la Presse : La semaine de… Christophe Léonard

Conseiller général socialiste sur le secteur de Charleville-Centre, Christophe Léonard commente l'actualité de la semaine et n'hésite pas à ruer dans les branards.

CL 2009
Lundi
Le pissenlit star du jour à Montcy-Notre-Dame

« Dans ce type de manifestations qui visent à mettre en valeur le patrimoine ardennais, le plus dur, c'est durer, or c'était la sixième édition de la fête du pissenlit. En tant que conseiller général, il faut que je salue le dynamisme du conseil municipal de Montcy-notre-Dame et surtout des quatre-vingts bénévoles sans qui cette manifestation n'existerait pas ».

Mardi
Greffes : première mondiale à l'hôpital de Créteil

« Au-delà de la réussite mondiale que ça représente, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est l'arbre qui cache la forêt ! L'hôpital public est en crise par manque de volonté politique. Le récent plan d'austérité pour l'hôpital de Charleville-Mézières en témoigne. Bien gérer l'argent public ne doit pas être l'alibi facile à l'acceptation d'une médecine à deux vitesses. La santé publique n'est pas un produit commercial, c'est un acquis de civilisation. L'accès à la santé doit être le même pour tous, sur tout le territoire et ça doit être une priorité politique ! »

Mercredi
La phrase du jour de Nicolas Sarkozy concernant les séquestrations de dirigeants

« On ne peut bien évidemment pas encourager les actes violents contraires à la loi mais je suis stupéfait qu'on passe sous silence la violence sociale, économique et psychologique que subissent les salariés qui perdent leur emploi. Cette violence, on n'en parle pas ! Aujourd'hui, ce sont les salariés qui paient la crise. Quand je vois ça, je sais pourquoi je suis de gauche ! »

Jeudi
Bourg-Fidèle : ancien combattant, il n'a plus que 35 euros par mois pour vivre

« Les revenus de Robert Letécheur, 85 ans, ne lui permettent plus de vivre lorsqu'il a assuré le séjour hospitalier (après une augmentation de 10 %) de sa femme atteinte de la maladie d'Alzheimer. Quand je vois ça, je ne peux pas m'empêcher de faire le parallèle avec l'augmentation de 180 % du salaire du vice-président de Gaz de France-Suez. Là encore, c'est une violence inacceptable ».

Vendredi
L'entreprise de bâtiment François au Val de Vence

« On voit qu'il y a des gens qui investissent dans les Ardennes et je suis persuadé que notre département a des atouts. J'ai la conviction qu'on doit concentrer nos moyens sur quelques objectifs clairement définis et ne pas saupoudrer les crédits comme on a tendance à la faire par facilité. Aujourd'hui, on ne peut pas faire l'économie de la définition d'une ligne directrice claire et partagée pour le développement de notre département ».

Valérie Léonard Journaliste L’Union L’Ardennais