Dans la presse : Léonard sous la menace du PS

Christophe Léonard, député de la 2 e circonscription des Ardennes, fait partie des vingt-quatre députés socialistes qui ont échoué, de peu, à déposer une motion de censure du gouvernement (à deux voix près).

Journaux - Presse

Il est désormais dans le viseur de la rue de Solférino, dont le patron a saisi la haute autorité éthique du parti. Jean-Christophe Cambadélis envisage en effet des sanctions contre ceux qui ont tenté de renverser le gouvernement, après le recours au « 49-3 » pour faire adopter la loi travail.

Contacté hier, il a indiqué « ne pas avoir été appelé » par son parti. Sur le fond, il assume : « Je ne suis pas là pour faire carrière. Je fais partie de ceux qui ont des convictions. Et quand j’en ai, je les assume jusqu’au bout. » Quant à un éventuel risque de voir le PS lui imposer un concurrent lors des législatives de 2017, le frondeur estime «prématuré de parler des élections législatives ». Son entourage proche l’avait qualifié, un peu plut tôt, d’élu « imperméable aux pressions ».Christophe Léonard avait déjà dû y faire face en décembre, lors des élections régionales, lorsqu’il avait soutenu Jean-Pierre Masseret au second tour, alors que le PS appelait le candidat arrivé troisième à se désister.

Selon le PS, la haute autorité de l’éthique doit statuer « rapidement »sur le cas des députés frondeurs, largement critiqués par Manuel Valls et le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, selon lequel il serait « logique » qu’ils quittent le parti.

Guillaume Lévy, Journaliste L'Union - L'Ardennais, 14 05 16