Dans la Presse : Les élus carolos crient à la discrimination

Le Conseil général lèse-t-il le chef-lieu ?

A cinq mois des élections cantonales, les élus socialistes carolos haussent le ton contre le conseil général, s’estimant lésés au niveau des aides financières.

CL 3

[Christophe Léonard (PS, Charleville-centre), Bruno François (Mézières-est) et Claudine Ledoux], ont tenu un point presse, lundi, afin d’évoquer les nombreux projets en cours liant la Ville au Département. […]

Les trois élus du PS souhaitent, en fait, lever des incertitudes pesant sur le financement de plusieurs équipements structurants à réaliser à Charleville-Mézières mais dont le rayonnement est départemental.

[…]

Christophe Léonard estime que dans le contexte de tension financière actuelle, on ne peut plus fonctionner « à la parole donnée ».

« Pour les porteurs de projet qui ont lancé une mécanique, il est important de travailler avec des assurances et ne plus dépendre des clivages politiques. Plutôt que de changer les règles en cours de partie, il est, aujourd’hui, nécessaire de faire des appels à projets afin de définir une véritable politique d’aménagement du territoire ». Christophe Léonard plaide aussi pour un axe majeur Charleville-Sedan et s’interroge sur l’opportunité d’engloutir 2,6 millions d’euros dans le nouveau musée Guerre et Paix de Novion-Porcien. On l’aura compris, les élus socialistes considèrent que la plus grande ville des Ardennes n’est pas la mieux servie. « Il suffit de regarder où passent les investissements départementaux ».

Avant de conclure : « Qu’on ne s’y trompe pas, on ne veut pas rafler tous les moyens mais Charleville-Mézières et sa périphérie constituent tout de même le bassin de vie le plus dense ». Et Christophe Léonard d’enfoncer le clou : « Le clientélisme politique ne doit pas aller au détriment de l’intérêt général ».

Pascal Rémy Journaliste L’Union l’Ardennais