Dans la Presse : Marthe Claude, première centenaire du village

Marthe Claude, toute nouvelle centenaire, était rayonnante dimanche lors de la réception organisée en son honneur par la municipalité.

CL centenaire Aiglemont

Les généalogistes et autres démographes de la commune sont formels: Marthe Claude, née Marthe Monclin le 9 décembre 1913 à Aiglemont, est la première Aiglemontaise à devenir centenaire. Personne avant elle n’avait vécu aussi longtemps au village.

Marthe Claude jouit d'une santé enviable pour son âge. Elle a conservé des facultés intellectuelles et physiques que des personnes moins âgées pourraient envier. D'ailleurs dimanche, elle est arrivée en marchant, au bras de sa fille Denise, à la réception organisée par la municipalité en son honneur.

Comme l'a exprimé Philippe Decobert devant la famille, les amis ainsi qu'un certain nombre de personnalités et d'invités (dont les députés Bérengère Poletti et Christophe Léonard, et le sénateur Marc Laménie), compter une centenaire aussi alerte constitue une immense fierté pour les habitants d'un village où tout le monde ou presque se connaît.

Née dans une maison de garde-barrière

L'intervention du maire a été presque essentiellement consacrée à un rappel des grands moments de la vie de la toute nouvelle centenaire. Issue d'une famille de gardes-barrières elle a vu le jour dans la maison de la barrière de la Warenne, située entre le passage à niveau d’Aiglemont et celui de Nouzonville.

Huit mois après sa naissance, la guerre éclate. Avec ses parents, elle est évacuée en Haute-Saône, près de Vesoul. La famille est de retour 5 ans plus tard et s’installe d’abord à Nouzonville, puis à Margut, et enfin à la barrière de Nouzonville, près du cimetière.

Les années passent et à 18 ans, en 1931, elle fait la connaissance de son futur mari, André Claude, qu’elle épouse l’année suivante. En 1934, elle donne le jour à un garçon prénommé Robert. En 1940, Marthe Claude connaît à nouveau l’Exode et part avec son fils vers les Deux-Sèvres tandis que son mari André est mobilisé à Pontarlier.

Après l’Armistice, son mari entre aux chemins de fer et toute la famille part habiter Andun-le-Roman puis en Seine et Marne. En 1945 naît Denise, sa fille.

Aujourd’hui Marthe Claude compte 15 arrière-petits-enfants et pas moins de 11 arrière-arrière-petits-enfants. Sa fille Denise veille sur elle. Lorsque son mari prend sa retraite de la SNCF, elle revient habiter dans les Ardennes, deux ans à Neufmanil, puis en 1968 à Aiglemont.

A la mort de son époux, elle rejoint le club du 3ème âge. Dans des activités de cette association, elle fait des voyages et prend pour la première fois l’avion en 1996 pour se rendre en Espagne. Elle était alors âgée de 83 ans.

Marthe Claude a ensuite été gâtée. Elle a reçu des présents et des souvenirs de la part des autorités qui n’étaient pas venues les mains vides.

Elle a surtout reçu de chaleureux applaudissements de la part de l’assistance et d’affectueux baisers de la part de la famille dont certains membres étaient venus de loin pour l’occasion.

Bientôt une seconde centenaire

A noter que le village comptera dans quelques jours une seconde centenaire, née le 25 décembre 1913. Preuve qu’à Aiglemont, l’air est pur et qu’il y fait bon vivre jusqu’à 100 ans et au-delà.

L’Union L’Ardennais