Dans la Presse : Projet de réforme de la carte cantonale Léonard tacle Cordier mais ne dément rien

« Je connais l'attachement des habitants de ce canton à leur vallée, à son histoire, à son patrimoine industriel et au lien qu'avait su créer en son temps le « Toré » entre Nouzonville, Neufmanil et Gespunsart mais aussi Jean-Baptiste Clément et au souvenir qu'il en reste… »

Leonard - Campagne 2012

« Cette identité s'inscrit dans le cœur des hommes, des Ardennes. Et aucune carte administrative, quelle qu'elle soit, ni personne, ne pourra jamais la nier ou l'effacer. Car elle traverse les siècles… »

Ainsi s'achève le long communiqué publié hier par le député PS Christophe Léonard, une dizaine de jours après que dans nos colonnes, nous avons fait état d'une partie du projet concocté par le PS en vue de la réforme de la carte cantonale, et qui induirait un éclatement de l'actuel canton de Nouzonville.

Aussitôt, le conseiller général DVD dudit canton, Pierre Cordier, avait dit « entrer en résistance » et a de fait initié une pétition auprès de la population.

Dans son communiqué, Christophe Léonard, par ailleurs chef de file de l'opposition au Conseil général, rappelle les principes de la nouvelle loi (moins de cantons mais possédant deux élus - un homme, une femme -, un meilleur équilibre démographique entre les cantons, etc) et rappelle aussi le vade-mecum du redécoupage (consultation des élus par le préfet, proposition au ministère de l'intérieur appelé à trancher, avis du conseil d'Etat, etc). Le tout devant être bouclé pour 2014.

Ce que nous avions mentionné d'entrée. Tout en notant, effectivement, qu'on pouvait imaginer, comme ce fut le cas pour la carte intercommunale, que les propositions émises par le PS et ses alliés seraient peut-être plus écoutées que les autres…

Sur ce, Christophe Léonard a choisi surtout de s'en prendre violemment à Pierre Cordier. « Trompant les citoyens, provoquant le doute et l'incertitude, il se positionne pour les prochaines échéances électorales. Pseudo-victime d'un pseudo-complot, il ne cherche qu'à faire parler de lui. »

Et de plaider encore : « Nos cantons sont trop petits. Concrètement, lors des délibérations du Conseil général, le canton de Charleville-Centre riche de 13.000 habitants ne pèse pas plus que celui de Tourteron qui n'en compte que 1.300. Cette disproportion remet en question la valeur démocratique des décisions du Conseil général. »

Et d'enfoncer le clou : « La procédure est transparente. La contester, c'est contester les lois de la République et par conséquent la démocratie. Le conseiller général de Nouzonville et vice-président du Conseil général cherche en fait à masquer le bilan peu reluisant de son action et de la majorité départementale. A l'exemple de la récente vente du golf des Poursaudes pour 550 000 € alors que les services de l'Etat l'avaient estimé au minimum à 800 000€. Ou encore lorsque la commune de Douzy accueille un centre d'appels dans un bâtiment non encore construit quand le Conseil général et les contribuables ardennais ont consacré plusieurs millions d'euros à la construction d'un bâtiment à Villers-Semeuse pour accueillir un centre d'appels, qui lui est terminé et reste vide… Cherchez l'erreur ! Il est de ma responsabilité de dire à mes concitoyens et plus particulièrement aux habitants du canton de Nouzonville et de la Vallée de la Goutelle ce qui participe de la manœuvre et de l'enfumage politicien et ce qui est la réalité. »

L’Union L’Ardennais