Dans la Presse : PS - le spleen du parti

Dans les tréfonds du Parti socialiste, ce n’est pas la joie. Les militants désertent les réunions, quand l'exaspération ou la résignation règnent chez beaucoup de ceux qui restent. Mais il est des sections et des fédérations, notamment tenues par l'aile gauche du PS, qui tentent de s'organiser pour décrocher un congrès et faire "réussir cette deuxième partie de quinquennat".

cambadelis

L’hémorragie militante se précise. Un premier chiffre était sorti dans la presse en juin dernier : 25 000 adhérents auraient alors quitté le bateau ivre socialiste depuis 2012, soit 10 % des effectifs. Jean-Christophe Cambadélis s’était employé à écoper sans reboucher les trous pour autant, affirmant même qu’il s’agissait en fait des effets d'un « turn over » tout ce qu'il y a de plus classique au Parti socialiste. « Il y a des gens qui sortent, des gens qui rentrent (...) en fonction des élections », expliquait-il avec détachement, tout en confirmant donc implicitement l’information. Plus récemment, selon Europe 1 qui a mis la main sur un document interne, le parti subirait une baisse de 60 % de ses recettes de cotisations par rapport à ce qui était prévu.

[…]

Dans la fédération des Ardennes, le Conseil fédéral a lui aussi fait voter une résolution pour qu’un congrès de tienne d’ici la fin de l’année. « Seul moyen de savoir quelle est la vision qu’ont les militants sur l’action menée jusqu’à présent et ce que l’on veut faire pour les semaines et mois à venir », soupire Christophe Léonard, député frondeur du département. Surtout qu’il soupçonne de plus en plus la direction du parti de retarder un maximum la tenue du congrès pour que les militants critiques désertent et que seuls restent les plus convaincus. Et les plus dociles. « Il ne restera que ceux qui soutiennent sans condition l’action du gouvernement, le parti sera alors un grand corps malade homogène qui dira amen à tout », analyse-t-il.

[…]

Bruno Reith Journaliste Marianne