Dans la Presse : Regniowez, une desserte ferroviaire à l'étude

Les conseillers généraux ont adopté le budget supplémentaire 2009. L’opposition s’est abstenue.

Journaux - Presse

«Le compte administratif montre une détérioration de la situation financière du département depuis quatre ans, même si elle demeure relativement solide et c'est pourquoi nous avions demandé de ne pas augmenter les impôts cette année ».

En réponse à ce commentaire de Didier Herbillon (PS, Sedan-Est), le président Benoît Huré (UMP, Signy-le-Petit) a préféré quant à lui parler de détérioration de la situation financière « des » départements.

« Notre situation reste globalement saine et relativement préservée avec une épargne brute de 34,8 millions d'euros », a ajouté le patron de l'exécutif ardennais.

Avant de préciser que pour la première fois, le montant des subventions d'investissement versées aux autres collectivités (au premier rang desquelles les communes) avait été supérieur aux dépenses d'équipement brut du conseil général.

« Ces données incitent à une nécessaire réflexion et je vous proposerai d'en débattre lors de l'examen des orientations budgétaires pour 2010 », a commenté Benoît Huré.

Le compte administratif a finalement été adopté sans les voix des élus de l'opposition, qui se sont abstenus. Tout comme ils se sont abstenus lors du vote du budget supplémentaire, « pour rester cohérents avec notre vote lors du budget primitif », a expliqué Didier Herbillon.

RSA : 22.510 bénéficiaires

Dans le cadre de ce budget supplémentaire, les élus avaient notamment à se prononcer sur l'inscription d'un montant complémentaire d'un peu plus de 2 millions d'euros au titre du revenu de solidarité active (RSA).

Selon le président Huré, qui va organiser prochainement une rencontre entre les acteurs économiques et les acteurs locaux de l'insertion, 22.510 foyers devraient en être bénéficiaires dans les Ardennes (8.893 au titre des minima sociaux, 13.617 au titre de l'aide au logement).

A ce sujet, Pierre Pandini (divers gauche, Charleville-centre-ouest) a estimé que ce dispositif comportait des effets pervers et s'est inquiété de l'avenir des associations assurant des actions de formation en direction des allocataires du RMI.

Autre sujet abordé lors de l'examen de ce budget supplémentaire : l'inscription de crédits d'études pour le projet d'une desserte ferroviaire (raccordée à la ligne Calais-Bâle) du parc d'activités départemental de Regniowez. Christophe Léonard (PS, Charleville-centre) en a profité pour dénoncer « l'inutilité de la commission des affaires économiques », qui n'a pas été informée de ce projet.

« L'autoroute passe à moins de quatre kilomètres et c'est une zone qui n'a aucune contrainte urbanistique », a répondu Benoît Huré.

« Nous avons mesuré la pertinence qu'il y aurait à réintégrer le fret ferroviaire dans la problématique logistique. L'activité qui a connu la plus forte croissance, c'est l'activité logistique. Nous sommes proches des ports de la mer du Nord et dans le monde, plus de 50 % de la logistique passe par les ports de la mer du Nord, qui sont saturés. Mais n'allez pas conclure qu'on va construire demain une voie ferrée pour Regniowez s'il n'y a pas d'infrastructure derrière. Le jour où on aura quelque chose d'intéressant, je ne manquerai pas de vous le soumettre ».

Hugues Mahieu (PS, Flize) ayant demandé un vote séparé sur ce point, la proposition a été adoptée à l'unanimité moins trois abstentions.

Bernard Giraud Journaliste L’Union L’Ardennais