Dans la presse : Rentrée agitée à Givet - Réactions de Christophe Léonard

Christophe Léonard fait part de sa détermination pour la préservation côte à côte des deux lycées de Givet et de Revin, dans un esprit de non concurrence, de complémentarité et d’excellence.

10 09 15 Lycée Givet image

(…)

L’année dernière, le proviseur de Givet, Aline Dacunka était issue d’une délégation rectorale, ce qui signifie que son contrat devait être renouvelé tous les ans. Elle a finalement été titularisée mais à la tête du lycée de Revin, laissant la direction de l’établissement Vauban à deux proviseurs adjoints. « L’une des deux remplit toutes les conditions pour être nommée proviseur et elle connaît très bien l’établissement pour y travailler depuis sept ans. Une délégation rectorale pourrait de nouveau avoir lieu mais l’académie semble le refuser », explique le député Christophe Léonard. En cela, la direction prise par le rectorat semble aller vers une mutualisation des deux lycées mais pas comme les élus et syndicats des enseignants l’entendent…

(…)

Dans la situation actuelle, Christophe Léonard a (…) l’impression que « le lycée de Givet prend des allures d’annexes et ce n’est pas la solution, indique-t-il avant d’ajouter : A partir du moment où l’on supprime une classe de seconde et que l’on refuse de nommer un proviseur, oui, on peut nourrir quelques inquiétudes pour les années à venir… »

(…)

Le député de la Pointe préfère prévenir que guérir. « Les familles scolarisent leurs enfants essentiellement à Charleville ou en Belgique. Il faut cerner leurs motivations pour nous montrer plus attractifs » explique Christophe Léonard qui porte déjà son attention sur quatre points essentiels. La mobilité avec les temps de transports plus courts, le numérique avec peut-être des offres de tablette, la culture et l’apprentissage des langues étrangères. « Il nous faut réaliser un diagnostic éducatif et que les deux lycées soient une force de propositions pour varier les options », déclare l’élu.

(…)

Alexandre Haute-Pottier, Journalise La Semaine des Ardennes, 10 09 2015