Dans la Presse : Sauvegarde du 3e génie

Le ministère de la Défense reçoit la gauche, mais pas la droite.

3e RG

Claudine Ledoux, maire de Charleville-Mézières, Christophe Léonard, député de la deuxième circonscription, et Jean-Paul Bachy, président de la Région, ont rendez-vous aujourd'hui au ministère de la Défense, pour… défendre le 3e Régiment du Génie. Les trois élus socialistes entendent démontrer les conséquences sociales, économiques et militaires désastreuses, qu'aurait la disparition du « 3 », pour le chef-lieu comme pour les Ardennes.

Pour mémoire, selon des informations obtenues cet été par le président du conseil général Benoît Huré (UMP), la caserne Dumerbion figurerait sur une liste noire de régiments à supprimer, dans le cadre de la nouvelle Loi de programmation militaire, présentée le 2 août. Une information dénoncée par la gauche locale comme étant une manœuvre destinée entre autres à faire le jeu de Boris Ravignon lors des prochaines élections municipales (il est le candidat de la droite pour le chef-lieu).

« Il n'y a pas de liste noire »

Stratégie politique ou pas, les trois cadres du PS champardennais seront bel et bien cet après-midi au ministère de la Défense. À 15 heures, ils rencontreront des responsables du cabinet du ministre Jean-Yves Le Drian.

Jointe hier, Claudine Ledoux a annoncé qu'elle allait « redire combien la présence du régiment est primordiale pour Charleville. » Elle dit toutefois « refuser de vouloir faire peur à tout le monde » (référence à la pétition lancée cet été par Boris Ravignon).

« Je suis rassurée par ce que j'entends au ministère. D'abord, il n'y a pas de liste noire avec le " 3 " dessus. Ensuite, le ministre insiste beaucoup sur un point : le choix des régiments appelés à disparaître prendra en compte les questions d'aménagement du territoire. Aucune décision ne sera prise sans regarder de près la réalité du territoire. »

Ce qui plaiderait en effet plutôt en faveur de Charleville…

Chez les élus de droite, on l'avait plutôt mauvaise hier. Plusieurs élus ont indiqué avoir été écartés de cette réunion (lire aussi par ailleurs). Le ministère a indiqué dans l'après-midi qu'il envisageait déjà de fixer un nouveau rendez-vous pour rencontrer, entre autres, Bérengère Poletti, Jean-Luc Warsmann, Benoît Huré et Boris Ravignon. Hier, ce dernier lâchait, d'un ton faussement incrédule : « Faut-il avoir sa carte du PS pour rencontrer le ministre ? »

Le conseil général ne veut pas dépenser 2,5 millions pour rien

Comme Benoît Huré l'avait annoncé cet été, il vient d'écrire au ministre Jean-Yves Le Drian, pour lui signaler l'inquiétude qui règne au conseil général des Ardennes. Le Département doit en effet financer très prochainement un nouvel équipement pour le « 3 », et verrait d'un mauvais œil de débourser 2,5 millions d'euros pour rien…

« Le 3e Régiment du Génie implanté à Charleville-Mézières depuis 1947 semble aujourd'hui réellement menacé de dissolution, écrit le président du conseil général. Ce régiment a déjà été maintenu in extremis en 2008 grâce à la mobilisation unanime des élus et de la population, autant qu'à l'engagement concret du conseil général de financer et réaliser divers aménagements (pour le régiment). »

« L'impact socio-économique de l'éventuelle suppression du 3e RG sur notre département, déjà confronté durablement aux difficultés et à la crise, serait considérable et représenterait un vrai traumatisme pour la vie locale […]. Au-delà, je souhaite attirer particulièrement votre attention sur la question du maintien des investissements décidés par le conseil général en faveur du 3e RG. En effet, conformément aux engagements pris en 2008, la collectivité départementale […] a programmé sur son seul budget et en tant que maître d'ouvrage la réalisation d'une aire de manœuvres en bords de Meuse (à Nouvion-sur-Meuse, ndlr) permettant le franchissement du fleuve par ponts motorisés.

Réponse rapide demandée

Ce projet représentant la création de 15 000 m2 de plateformes spécialisées et de 600 mètres de voies d'accès pour les blindés et engins lourds, a déjà donné lieu au vote par l'assemblée départementale d'une autorisation de programme de 1,6 million d'euros, et à une dépense de 56 000 euros en frais d'études. Les estimations du coût final se montent à une somme comprise entre 2 et 2,6 millions d'euros hors taxes selon les variantes.

Dans la mesure où les appels d'offres et travaux sont d'ores et déjà prévus pour 2014 et compte tenu de l'impact financier non négligeable de ce chantier pour le conseil général, je vous saurai gré, M. le Ministre, de bien vouloir me faire savoir si le projet entièrement dédié au 3e RG doit ou non être maintenu.

Les propositions d'orientations budgétaires de notre collectivité pour 2014 étant élaborées à partir de ce mois de septembre, une réponse rapide de votre part m'obligerait beaucoup. »

G.L Journaliste L’Union L’Ardennais