Dans la Presse : « Si ça, c'est pas de la stratégie »

Christophe Léonard (PS, Charleville centre) s'est attiré les foudres du président Benoît Huré, hier matin, en lui reprochant une gestion au coup par coup. « Pour nous, le Conseil général doit être dorénavant le stratège actif de l'aménagement et du développement économique de notre territoire », avait déclaré l'élu carolo à l'ouverture des débats.

Journaux - Presse

Réponse de Benoît Huré : « M. Léonard laisse sous-entendre que nous travaillons au coup par coup. Dire cela, c'est de la malhonnêteté intellectuelle. La stratégie, elle existe chez nous et vous le savez bien. La stratégie, c'est la construction et la modernisation de nos infrastructures. La seule autoroute en construction en France aujourd'hui, c'est l'A304. Pour nous raccorder au réseau TGV, nous avons financé à 50 % la gare d'interconnexion de Bézannes et nous travaillons aujourd'hui pour nous raccorder au réseau TGV nord-européen. Si ça, c'est pas de la stratégie, je ne sais pas ce que vous appelez de la stratégie ».

POLES SCOLAIRES : Marc Laménie (UMP, Tourteron) a souligné l'importance du soutien à l'investissement pour les pôles scolaires, en rappelant qu'il s'agissait là d'une action volontaire du conseil général. Un crédit supplémentaire de 93 786 € a été voté lors de cette deuxième décision modificative.

ALLOCATIONS : remarque de Michel Sobanska (UMP, Rocroi) lors du débat sur la protection de l'enfance : « On peut comprendre que l'opinion publique puisse être choquée quand elle voit que des familles à qui on a retiré les enfants continuent de toucher les allocations familiales et l'allocation de rentrée ».

LABORATOIRE DEPARTEMENTAL : suite à la demande faite par huit conseillers généraux d'opposition, une mission d'information et d'évaluation sur le laboratoire départemental d'analyses sera confiée à la troisième commission. Elle s'achèvera le 26 mars 2012.

CREDITS REPORTES : les travaux de construction d'une aire de manœuvre pour le 3e Génie sur le territoire des communes de Dom-le-Mesnil et Nouvion-sur-Meuse seront reportés à 2012. Le crédit de paiement de 200 000 € sera donc décalé en conséquence. De la même façon, un crédit de paiement de 400 000 € avait été voté au budget primitif pour la construction d'une passerelle piétonne à La Chapelle. Ces travaux ne pouvant débuter cette année, une partie de ce crédit sera affecté à la consolidation d'ouvrages d'art et l'autre partie aux exercices suivants.

HARAS DE SIGNY-L'ABBAYE : pour maintenir l'activité aux haras de Signy-l'Abbaye, que France Haras (anciennement Haras nationaux) va quitter à la fin de cette année, le conseil général a donné un avis favorable à la proposition faite par l'association des haras de Buzancy. Celle-ci louera les installations de Signy-l'Abbaye afin d'y développer des actions complémentaires aux activités déjà existantes, en partenariat avec le lycée agricole de Rethel et avec les stations de monte limitrophes.

900 000 euros de crédits en plus

La protection de l'enfance figurait effectivement à l'ordre du jour de la session budgétaire du conseil général, hier. Et le rapport soumis aux élus départementaux était aussi celui ayant la plus importante incidence financière : 900 000 euros de crédits supplémentaires, qui s'ajoutent aux 16,5 millions d'euros déjà votés au budget primitif, et 111 000 euros pour la Maison départementale de l'enfance et de la famille (Madef).

A Dominique Ruelle (PS, Revin), qui regrettait un manque d'écoute en amont et prônait la mise en place d'un schéma départemental de l'enfance, Benoît Huré a répondu en évoquant l'échec de la prévention dans ce domaine. « Nous n'avons pas attendu que quelques délégués syndicaux attirent notre attention. Cette explosion, elle est brutale. Au niveau de la prévention, j'ai un vrai problème. Dans beaucoup de départements, il n'y a que 10 % des enfants pour lesquels l'échec de la prévention se traduit par une judiciarisation. Chez nous, c'est plus de 50 %. Il y a vraiment lieu de se poser des questions. C'est une réalité accablante ».

Et à Christophe Léonard (PS, Charleville centre), qui souhaitait obtenir des explications sur l'absence de réponse à la demande d'entretien faite fin août par les représentants de l'aide sociale à l'enfance, le président du conseil général a expliqué qu'ils lui avaient adressé un courrier « après avoir fait un battage médiatique ». Du battage, ces mêmes représentants en ont fait en début de séance, en tapant des pieds dans les tribunes, ce qui leur a valu un rappel au règlement de Benoît Huré. Et ce commentaire ultérieur, qu'ils n'ont pas entendu : « Je n'ai pas eu besoin de faire évacuer la salle tout à l'heure. Ils sont partis parce qu'ils se sentaient gênés et vous verrez qu'ils ne me demanderont même pas de rendez-vous ».

Bernard Giraud Journaliste l’Union l’Ardennais