Dans la Presse : Taubira et le dossier Thomé-Génot

Questionnée à l'Assemblée par le député PS Christophe Léonard, la ministre de la Justice Christiane Taubira lui a donné rendez-vous le 11 mars à la Chancellerie pour faire le point sur le dossier Willis-Zickfeld.

Leonard - Assemblée Nationale

Le député avait rappelé que le tribunal correctionnel de Reims avait condamné [en leur absence] en 2009 les deux ex-dirigeants américains de Thomé-Génot à cinq ans de prison ferme et à 20 millions de dommages et intérêts pour abus de biens sociaux et banque-route. Puis qu'en 2010, le parquet de Reims avait transmis aux autorités américaines une demande d'extradition, se fondant sur le traité bilatéral signé en 1996.

Mais depuis, plus rien. « Ce n'est pas normal, je comprends le sentiment d'injustice ressenti par les anciens salariés». Ayant été jugés par défaut, les deux dirigeants coulent, de fait, des jours tranquilles en Californie. La liquidation du sous-traitant automobile avait provoqué en 2005 le licenciement de 300 ouvriers.

L’Union l’Ardennais