Dans la Presse : L'opposition vote contre le rapport consacré aux transports scolaires

La question des transports scolaires a fourni au président Benoît Huré l'occasion de lancer quelques flèches envers la com d'agglo. L'opposition a voté contre.

Ligne-Charleville-Givet

Les hasards de la météo font que l'on n'a jamais autant parlé des transports scolaires que lorsqu'ils ne circulent pas. Mercredi matin, ils ont en effet été au centre des débats du conseil général. Et ils ont surtout permis au président Benoît Huré (UMP, Signy-le-Petit) de rappeler la Région à ses responsabilités et de décocher quelques flèches envers la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières.

Concernant le transport des lycéens par exemple, qui n'est désormais plus pris en charge par le conseil général, le président s'est étonné que la Région ne finance que le transport ferroviaire et pénalise de ce fait les lycéens qui n'ont pas accès au réseau ferré.

« C'est discriminatoire et je suis même surpris qu'aucune famille n'ait saisi le tribunal administratif », a-t-il fait observer, avant d'inviter son opposition à se mobiliser auprès du président du conseil régional pour lui dire de prendre en charge une partie du transport des lycéens. « Vous êtes mieux placés que moi pour le faire », a-t-il même ajouté, un brin mutin.

Il s'est montré beaucoup moins mutin, en revanche, envers Cœur d'Ardenne. D'autant moins mutin qu'une récente déclaration du responsable départemental du parti communiste annonçait un coût pour les familles de 200 euros par an alors que la grande majorité des Ardennais concernés paieront entre 20 et 60 euros, soit bien moins que ce que les familles payent sur le territoire de Cœur d'Ardenne.

Un coup pour, un coup contre

« Dans l'agglomération de Charleville-Mézières, tous les élèves payent 181 euros par an, de la maternelle au lycée, quel que soit le revenu. Et la communauté d'agglomération perçoit 3,85 millions de redevance transport, prélevée sur les entreprises. Nous, nous assurons gratuitement le transport des élèves relevant de l'école obligatoire.

Et pour les lycéens, nous tenons compte du quotient familial. J'aurais donc bien aimé voir une mobilisation des parents d'élèves envers la communauté d'agglomération au moins égale à celle manifestée envers le conseil général ».

Une défense qui n'a pas ébranlé le groupe de l'opposition lequel, par la voix de Christophe Léonard (PS, Charleville-centre), a demandé un vote séparé sur le transport scolaire en réaffirmant la volonté de son groupe de voir maintenue la gratuité pour les lycéens.

Le rapport sur les transports a été voté à l'unanimité par la troisième commission, où siègent des membres de l'opposition (NDLR : Richard Wiblet, conseiller général PS de Mouzon et Gérard Drumel, conseiller général divers gauche de Renwez). « Comment vont-ils voter aujourd'hui ? »

La réponse est venue quelques minutes plus tard. La partie du rapport consacré aux transports scolaires a été adoptée avec dix voix contre : celles des neuf membres de l'opposition présents dans la salle (dont Richard Wiblet et Gérard Drumel) mais aussi celle d'Abellino Poletti (divers droite, Omont).

Bernard Giraud Journaliste L’Union L’Ardennais