Dans la presse : Trois questions à Christophe Léonard.

François HOLLANDE doit-il se représenter ? Quel est son bilan ? S'il ne se représente pas, qui pour le remplacer à gauche ?

Journaux - Presse

"À titre personnel, mon choix est fait depuis longtemps. J'ai décidé de soutenir la candidature d'Arnaud Montebourg. Si le président de la République veut être candidat, c'est son problème. Mais pour moi, l'avenir, ce n'est pas François Hollande", dit sans détour l'ardennais Christophe Léonard, unique parlementaire socialiste de Champagne-Ardenne.

Député frondeur, M.Léonard est partisan d'une primaire de gauche qui "permette de dresser l'inventaire du quinquennat". "Sinon, on va transformer le premier tour de l'élection présidentielle en un vote primaire! Ce sera du temps de perdu." Sur le bilan des cinq années de présidence de François Hollande, justement, le député ardennais ne ménage passes critiques. "Le chef de l'État a lui-même indiqué que le curseur du succès ou de l'insuccès de ce quinquennat devrait être les résultats de sa politique économique. Or, non seulement ce bilan n'est pas bon sur l'emploi, mais il ne l'est pas non plus sur l'utilisation de l'argent public. Même si ces hausses incluent les dispositions votées sous Sarkozy, cette politique n'a pas demandé les mêmes efforts à tout le monde. Entre 2012 et 2017, les ménages ont été fiscalement sollicités à hauteur de 43,9 milliards d'euros et les entreprises à hauteur de 11,1 milliards. En bref, on a demandé aux ménages de financer l'aide aux entreprises, mais sans contrepartie", estime le parlementaire qui reproche aussi à François Hollande le débat sur la déchéance de nationalité et d'avoir "tourné le dos" à la réorientation de l'Europe. "Appeler à voter pour lui dans ces conditions, ce serait burlesque, , non?" On ne lui fait pas dire ...

Journal L'Union L'Ardennais, 25 10 2016