Dans la presse : Un proviseur en titre à Vauban à la rentrée et des annonces positives pour les deux classes menacées à Aubrives et Vireux-Wallerand

Le résultat d'un travail sérieux et de long terme engagé depuis juin 2012 pour Apprendre, Vivre et Travailler au pays.

06 04 16 permanence image

Ces annonces sont le fruit d’un travail mené dans le souci permanent d’assurer aux enfants de la deuxième circonscription des Ardennes les conditions d’une scolarité de proximité et de qualité. C’est le sens des combats que je mène depuis 2012 sur ce territoire.

- Concernant le Lycée Vauban :

Dès le 16 octobre dernier, j’ai pris contact avec Madame INSEL, nouvelle Rectrice de l’académie de Reims. A cette occasion, j’avais défendu l’urgence de la mise en œuvre d’une feuille de route dont l’un des points clé était la nomination rapide d’une direction autonome à temps plein et faisant autorité à Vauban. Madame la Rectrice m’avait alors indiqué vouloir tout mettre en œuvre pour nommer une direction de plein exercice à la cité scolaire à la rentrée 2016.

De fait, le Secrétaire Général de l’Académie informait le 22 janvier dernier les membres du Conseil d’Administration du lycée de Givet des décisions prises par le Rectorat dans la perspective de la future rentrée de septembre 2016 et annonçait officiellement la fin de la mutualisation administrative avec le lycée de Revin.

Pour autant, plus que jamais déterminé à veiller à ce que les engagements pris par le Rectorat et l’Inspection Académique des Ardennes soient respectés, j’ai sollicité un nouveau rendez-vous avec Madame la Rectrice qui s’est tenu le 4 mars dernier. J’ai également échangé avec le nouveau DASEN du département le 17 mars. Ils m’ont tous deux confirmé

- qu’un(e) Proviseur(e) de plein exercice serait nommé(e) à la tête du lycée Vauban à la rentrée de septembre 2016, et que des candidatures s'étaient d’ores et déjà déclarées à cet effet.

Aujourd’hui, l’une de ces candidatures a été retenue et sera officialisée par arrêté de la Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche dans un délai d’un mois.


- Concernant les classes menacées à Aubrives et Vireux-Wallerand :

Le 25 février dernier, le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN) avait pris la décision de retirer sous conditions un poste d’enseignant à l’école primaire d’Aubrives et avait confirmé le retrait définitif d’un autre à l’école maternelle Mon Plaisir de Vireux-Wallerand dès la rentrée prochaine.

Ces décisions auraient eu pour conséquence, si elles avaient été maintenues, d’augmenter le nombre moyen d’élèves par classe, de 21 à 25,4 à l’école primaire d’Aubrives et de 20,3 à 26,5 à l’école maternelle Mon Plaisir, entraînant une dégradation de l’encadrement et des conditions d’apprentissage des enfants.

Au regard du nombre d’élèves d’ores et déjà inscrits et des investissements consentis par les deux communes, cette situation n’était de fait pas acceptable. En effet, la municipalité d’Aubrives s’est engagée dans la construction d’un nouveau groupe scolaire qui sera mis en service fin octobre 2016 et celle de Vireux-Wallerand dans la construction de l’école concernée (inaugurée en décembre 2014 en même temps que le Site Multi-Accueil tout proche). D’autre part, l’arrivée prochaine de 24 familles dans le lotissement bâti par le CNPE de Chooz laisse envisager un nouveau potentiel d’enfants à scolariser pour la rentrée 2016-2017.

C’est pourquoi, afin de défendre nos services publics et de préserver les conditions d’un enseignement de qualité, je suis intervenu directement auprès du Rectorat de l’Académie de Reims et de l’Inspection académique des Ardennes pour demander, à l’appui des effectifs connus à ce jour pour la rentrée 2016-2017, l’annulation de la décision de retrait conditionnel à Aubrives et la requalification de la suppression prévue à Vireux-Wallerand en retrait conditionnel.

Aujourd’hui, très concrètement, mon intervention a été entendue par les services de l’État et a permis de maintenir le poste d’enseignant de l’école primaire d’Aubrives et de conditionner le retrait de celui de l’école maternelle Mon Plaisir de Vireux-Wallerand à la vérification des inscriptions qui seront réellement enregistrées en juin prochain.

Christophe Léonard, député des Ardennes