Dans la Presse : Une rallonge de 450 000 € pour le CSSA

Les conseillers généraux ont accordé hier une rallonge de 450 000 euros au CSSA et une avance de 100 000 euros à l'Etoile

stade dugauguez

On a connu par le passé des débats plus animés, s'agissant du soutien financier du département au CSSA.

Mais finalement, la proposition du président Benoît Huré d'accorder une rallonge de 450 000 euros au club de foot de Sedan n'a fait l'objet que d'une seule abstention, hier matin, celle de Christophe Léonard (Charleville-centre).

Une rallonge justifiée par la diminution conséquente des recettes du club depuis sa relégation en ligue 2, notamment au niveau des sponsors et des droits de retransmission audiovisuelle.

Et ceci malgré des efforts de gestion qui se sont traduits par une diminution de plus de 40 % de la masse salariale des joueurs professionnels.

Ce crédit supplémentaire sera destiné à soutenir le centre de formation, à financer des missions d'intérêt général (actions d'éducation, d'intégration ou de cohésion sociale) et à acheter des places supplémentaires pour des matchs de gala, afin d'en faire bénéficier des jeunes ou des publics en difficulté.

« Il faut absolument être aux côtés du club pour l'aider à se maintenir et rêver d'une accession en ligue 1 », a plaidé Benoît Huré, en rappelant l'impact du club sur l'image du département et les conséquences désastreuses qu'aurait une relégation en National.

Une seule abstention

Des arguments qui n'ont pas convaincu Christophe Léonard, qui a fait valoir que le CSSA avait le cinquième budget de ligue 2, que la baisse du sponsoring touchait aussi tous les autres clubs et que l'horizon financier du CSSA s'était éclairci récemment avec sa qualification en 8e de finale de la coupe de la ligue.

Le conseiller général de Charleville-centre a donc suggéré que ces 450 000 euros soient répartis entre les quatre clubs de haut niveau du département.

« Je pense que vous n'avez pas mesuré tous les enjeux qui sont liés au football », a répondu Benoît Huré, en précisant que le club de Sedan faisait partie des clubs de ligue 2 percevant le moins d'aides publiques.

Clément Servais (Vouziers) aurait préféré que le conseil général entre dans le capital du club. Impossible, a répliqué Alain Guillaumin, le directeur général des services, car il est interdit à une collectivité locale d'entrer dans le capital d'une société, quelle qu'elle soit.

Quant à Didier Herbillon, conseiller général de Sedan-Est et maire de Sedan, il a lui aussi souligné que les problématiques seraient bien plus importantes si le club était relégué et a laissé entendre qu'il proposerait à son conseil municipal d'apporter également une aide au CSSA.

La proposition, qui avait fait l'objet d'un vote unanime lors de son examen par les 3e et 5e commission, a donc été adoptée avec une seule abstention.

Le versement d'une avance remboursable de 100 000 euros à l'Etoile de Charleville-Mézières, qui figurait dans le même rapport, a pour sa part été adopté à l'unanimité par l'assemblée.

« L'Etoile a un besoin urgent de trésorerie », a expliqué le président, « en raison de sa participation aux play-offs, en fin de saison dernière, qui a généré des frais supplémentaires ».

D'où cette proposition d'avance de 100 000 euros, qui pourrait être remboursée pour partie par d'autres partenaires, la communauté d'agglomération et le conseil régional ayant été approchés par le club.

« Le conseil général ne prendra pas l'ardoise tout seul », a indiqué Benoît Huré.

Bernard Giraud Journaliste L'Union L'Ardennais