Dernier jour de mandat pour Christophe Léonard

Christophe Léonard a effectué son dernier jour en temps que député le 20 juin dernier.

Dernier jour de mandat pour Christophe Léonard photo

« Alors Monsieur le député, les élections ça donne quoi pour vous ? », lançait hier un Revinois marchant sur le trottoir de la rue Gambetta à Christophe Léonard. Réponse de l’intéressé : « Bah là, c’est mort ». Éliminé au 1er tour des législatives avec 16,5 % des voix, le député sortant de la 2e circonscription des Ardennes l’est encore jusqu’à ce soir minuit. C’est d’ailleurs dans cette même rue Gambetta à Revin qu’il a établi, peu après sa victoire il y a cinq ans, sa permanence. Un local qui va bientôt fermer ses portes.

J’ai le sentiment d’avoir œuvré positivement pour notre territoire, tout en restant fidèle à qui je suis.
Nous l’avons rencontré au sein de son fief où la déchiqueteuse tourne en continu depuis sa défaite. « On déchiquette 5 ans de travail, glisse Christophe Léonard. Ce sont entre autres des documents confidentiels par rapport aux diverses demandes que nous avons reçues des particuliers ou des entreprises. »

L’élu avait pris pour engagement de maintenir une permanence « au centre géographique de la circonscription », tout un symbole pour lui car nombre de ses prédécesseurs venaient de Revin. À l’intérieur, les cartons s’entassent désormais et les piles de documents patientent jusqu’à leur destruction. Djémila, 28 ans, Laura, 26 ans et Richard, 48 ans s’affairent. Ces collaborateurs parlementaires, femmes et homme de l’ombre, sont salariés jusqu’au 30 juin, après quoi ils seront licenciés. Quant au local, il sera bientôt vide et rendu à son propriétaire, le flocage de la vitrine devrait lui aussi disparaître probablement à l’image de l’amertume du député face aux résultats des urnes. « Je suis déçu, car les valeurs de gauche restent présentes et majoritaires dans cette circonscription », lâche-t-il en faisant mention de son score, de celui de la France insoumise et du PC, qui, cumulés, frôlent les 30 %. « Mais au final, ça fait zéro… »

BIENTÔT DE RETOUR DANS LE PAYSAGE POLITIQUE LOCAL ?

Du mandat qu’il a « mené à fond » durant cinq ans, Christophe Léonard retiendra notamment le maintien du 3 e RG à Charleville, le maintien du lycée de Givet que l’Éducation nationale voulait fermer ou encore les combats menés pour KME et Electrolux. En tant qu’homme, le congrès extraordinaire du 16 novembre 2015 à Versailles au lendemain des attentats du Bataclan l’a particulièrement marqué. « Il y a eu un grand rassemblement de la nation. Il y avait un sentiment d’agression du pays. »

Sa fonction de député, il la quitte avec le sentiment « d’avoir œuvré positivement pour le territoire, tout en restant fidèle à qui je suis. Je l’ai fait avec passion et un engagement total. C’est un honneur d’avoir représenté mon territoire et d’avoir servi mon pays. » Une passion qui reste intacte selon lui, et même s’il décrit la députation comme « une essoreuse », c’est au final une aventure « positive ». D’ailleurs il n’exclut pas de revenir dans le paysage politique local prochainement.

Mais pour l’heure, l’homme s’apprête à reprendre son activité professionnelle de cadre territorial dans la commune de Fumay. Il entend également passer son permis moto, préparer un marathon mais surtout passer du temps avec son fils et retrouver un équilibre familial et personnel. Ainsi les députés redeviennent de simples citoyens… jusqu’aux prochaines élections.