J'y étais : Réunion avec la population du quartier de Manchester

Christophe Léonard est intervenu auprès des habitants du quartier de Manchester dans le cadre de défauts de construction des habitations des rues de l’Île-Saint-Jean, du Major et des Quatorze-Jours.

15 01 16 Manchester image

Ils sont une douzaine à avoir pris place, hier, dans la salle du centre social de Manchester, face à une table d’élus et à l’invitation de l’union des habitants du quartier. Les riverains des rues de l’Île-Saint-Jean, du Major et des Quatorze-Jours sont venus exprimer leur ras-le-bol. En cause, des problèmes récurrents dans des logements pourtant presque neufs, livrés pour les premiers il y a à peine plus d’un an.

Et la liste des griefs est longue. Humidité dans les murs, moisissures, problèmes de chauffage, de ventilation, incongruités de conception… Dans la salle, les paroles se superposent, l’agacement est sensible. «Ça goutte sur mes carreaux alors que la VMC est en marche », entend-on. « Quand il fait 14 degrés dans la salle de bain du bas, vous n’avez pas envie de vous y baigner ! » « J’ai des factures de gaz de 75 euros par mois avec un rappel en fin d’année de 240 euros. On parle de maisons basse consommation mais elles n’en ont que le nom ! »

L’origine des infiltrations, elle, semble toute trouvée. Le terrain où ont été construits les logements était auparavant régulièrement inondé, au point que les habitants parlent de marécage. Un défaut de drainage pourrait donc expliquer les sinistres.

Attablée aux côtés des élus, Liliane Maillet, présidente de l’union des habitants, confirme. « De toute façon, ce n’est pas normal qu’il y ait autant de travaux dans du neuf en aussi peu de temps », déplore-t-elle. Car des travaux, il y en a eu. « J’avais déjà signalé ces problèmes en février 2015, explique le député Christophe Léonard. Il y a eu des interventions mais visiblement, les problèmes réapparaissent. On a solutionné temporairement les effets mais pas les causes. »

(...)

UN EXPERT EN TOURNÉE EN FÉVRIER

Grand absent de la réunion, Espace Habitat, qui a piloté la construction et assure la gestion de ces logements, explique ne pas avoir reçu d’invitation officielle. Les organisateurs, eux, affirment avoir convié le bailleur social. Contacté, ce dernier ne nie pas qu’il y ait eu des problèmes, et évoque « des travaux de drainage faits et refaits, et peut-être à refaire ».

Au mois de décembre dernier, une convention a été signée avec le Pact Ardennes pour qu’un expert passe dans chacun des logements du nouveau lotissement. Espace Habitat assure que si l’opération aboutit à l’identification d’un problème généralisé, les interventions nécessaires seront programmées.

Mais le bailleur social pointe également la difficulté que peuvent éprouver certains locataires, issus du logement collectif, à s’approprier les nouvelles habitudes et nouvelles contraintes que suppose le logement individuel.

D’ici là, élus et habitants dresseront un compte rendu de la réunion qui sera transmis à Espace Habitat. « Il faut faire en sorte qu’il puisse y avoir une nouvelle réunion en présence d’un représentant du bailleur social et les habitants, et que ceux-ci puissent obtenir des réponses », conclut Christophe Léonard.

Antoine VAAST, Journaliste L'Union - L'Ardennais, 15 01 2016