Libre expression du PS et DVG : Bateau ivre ?

Depuis des semaines, la communication de la majorité départementale cherche à masquer le bilan peu reluisant de son action à l’exemple des millions d’euros dépensés pour la construction d’un bâtiment d’accueil pour un centre d’appels à Villers-Semeuse toujours désespérément vide à ce jour…alors que parallèlement la commune de Douzy, dont l’extrême attractivité est rendue possible grâce au soutien sans faille et généreux du même Conseil Général des Ardennes, accueille elle un centre d’appels …

CG08

Le nuage de fumée consiste à se présenter comme le défenseur zélé de la ruralité tout autant que le protecteur de nos concitoyens les plus fragiles.

Deux situations récentes viennent cependant contrariées ce tour passe-passe politicien.

• Le camping de Bairon laissé à l’abandon…

Cet établissement touristique, qui a compté jusqu’à trois étoiles, représentait 30% du chiffre d’affaires des commerçants locaux. Or, depuis plusieurs mois, cette propriété départementale reste fermée.

Au final, alors qu’on apprenait par voie de presse le refus du Conseil Général des Ardennes d’assumer ses responsabilités, bien qu’aucun débat n’ait eu lieu au sein de l’assemblée, seule la détermination courageuse du Conseil municipal du Chesne aura permis de sauver l’été 2014 des campeurs et du commerce local.

• Les jeunes ardennais sacrifiés…

Le 1er octobre 2013, le Gouvernement a créé à titre expérimental la « garantie jeunes » pour les 18-25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en études et subissent une grande précarité.

Ce dispositif repose sur deux axes :

  • La mission locale construit avec le jeune un parcours d’une année combinant travail, élévation du niveau de connaissances/compétences clés et suivi social,
  • En contrepartie, il bénéficie d'une allocation forfaitaire mensuelle maximale équivalent au RSA après abattement du forfait logement, soit 433,75 euros en 2013, cumulable avec ses ressources d’activité tant que celles-ci ne dépassent pas un montant mensuel net de 300 euros.

Paradoxalement alors que la proportion des ardennais de 18-25 ans sans emploi ni autre activité est de 29,6 %, soit la plus importante de France métropolitaine, le Conseil Général des Ardennes n’a pas souhaité expérimenter ce dispositif financé essentiellement par l’Etat.

Soutien de la ruralité et des plus fragiles un jour, fossoyeur le lendemain, le Conseil Général des Ardennes est sans conteste un bateau ivre sans capitaine…

Le Groupe Socialiste et divers gauche : Claude Ancelme, Christian Apotheloz, Gérard Drumel, Bruno François, Bertrand Jenin, Christophe Léonard, Rachelle Louis, Hugues Mahieu, Jacques Morlacchi, Erik Pilardeau, Dominique Ruelle, Benoît Sonnet