Libre expression du PS et DVG : Une autre politique est possible !

La préparation budgétaire pour 2010 témoigne de l’impasse politique dans laquelle le Président et sa majorité sont aujourd’hui enfermés.

CG08

En effet, le budget de la collectivité est au bord de la syncope du fait de la non compensation financière par l’Etat pour plusieurs dizaines de millions d’euros des charges et compétences qu’il a transférées au Département, conséquence directe d’un Budget de la nation asséché par le bouclier fiscal et les cadeaux fiscaux accordés aux « ultra » riches de ce pays au détriment des classes moyennes toujours plus sollicitées et des plus démunis.

En outre, l’impact des réformes territoriales et fiscales en cours fragilisera encore davantage l’autonomie fiscale et donc les ressources de notre département.

Les Ardennes, on le voit, sont victimes d’un étranglement financier qui découle des choix politiques du Gouvernement et des parlementaires qui le soutiennent.

La libre administration et l’autonomie financière des collectivités inscrites dans le marbre constitutionnel aux articles 72 et 72-2 sont aujourd’hui manifestement foulées aux pieds.

Ajoutons à cela qu’après des années de saupoudrage tous azimuts sans ligne directrice ni colonne vertébrale de développement durable pour les Ardennes dans toute une série de politiques départementales telles que l’action économique, les musées et sites touristiques, l’aide aux sports de haut niveau, la communication, le marketing territorial et le tourisme (...), les marges de manœuvres financières de notre collectivité sont inexistantes.

Dans ce contexte, le Président nous propose brutalement et unilatéralement, sans pondération ni distinction d’aucune sorte, un nombre important de restrictions ou suppressions d’aides afin de réduire la dépense.

Le Groupe Socialiste et Divers gauche condamne cette méthode tant sur la forme que sur le fond.

Sur la forme :

Les orientations budgétaires 2010 n’ont fait l’objet d’aucune concertation ni discussion en amont avec les Conseillers généraux.

Sur le fond :

Le Président s’inscrit dans un contresens macroéconomique. Les orientations budgétaires 2010 vont en effet à l’inverse de ce qui avait été décidé en 2009 avec un plan de relance de 20 millions d’euros, au risque d’asphyxier la timide reprise économique.

Le Groupe Socialiste et Divers gauche se prononce par conséquent pour une autre politique !

Christophe LEONARD

Conseiller Général des Ardennes

Canton de Charleville-Centre

Pour le Groupe Socialiste et Divers gauche