Mes prises de parole : Commission permanente

Monsieur le Président,

La mise en scène indécente de l’annonce de la réforme de la carte militaire a pris fin hier.

CL  prise de parole CG

Initialement programmée pour le 19 juin, puis maintes fois ajournée en raison notamment du référendum irlandais, du 14 juillet et de la réunion du Congrès sur la réforme constitutionnelle, on en était presque arrivé à se demander si les élections sénatoriales du 21 septembre prochain n’étaient pas de nature à repousser encore une fois l’échéance.

La torpeur estivale propice à ce genre d’annonce l’a finalement emporté non sans nous avoir épargné au passage une course de vitesse impudique entre les élus locaux de la majorité présidentielle à qui aurait la primeur de l’annonce officielle avant même d’ailleurs le Premier Ministre, décidément relégué au rôle de simple petit télégraphiste.

La conclusion de ce parcours du combattant est en fait une demie bonne nouvelle avec d’une part le maintien du 3ème Régiment du Génie à Charleville-Mézières et d’autre part la condamnation sans appel du Centre d’entraînement commando de Givet.

Force est donc de constater, après les réformes précédentes des cartes judiciaire, scolaire et sanitaire, que la volonté présidentielle exprimée le 18 décembre 2006 à Charleville- Mézières de faire des Ardennes, je cite « ce pays de soldats l’exemple du renouveau français » n’est pas encore pour demain.

Je constate à cet égard que les relais locaux du Gouvernement quels qu’ils soient n’ont pas su infléchir cette décision.

Cela étant, reste la seule vraie question :

  • Quel est le prix à payer pour les ardennais du maintien proclamé des effectifs militaires au global sur le département ?

Sur les 12 millions d’euros de travaux demandés pour accueillir 151 nouveaux militaires en 2009 sur Charleville-Mézières, combien les ardennais devront-ils débourser ?

Il est évident que la charge de cette quote-part sera analysée en comparaison des 4 millions d’euros prévus par le Gouvernement au titre du Contrat de redynamisation des sites de défense (C.R.S.D.) pour compenser la perte des 131 militaires et des 30 civils associés de Givet.

J’appelle par conséquent à la mise en place immédiate d’une véritable concertation avec l’ensemble des partenaires locaux.

L’avenir des Ardennes n’appartient pas à quelques-uns dans un bureau à Paris ou ailleurs, mais à tous les ardennais.

Le comité de pilotage annoncé par le Préfet des Ardennes doit à l’évidence être représentatif de la diversité politique et socio-économique de notre territoire.

A défaut d’être vigilant et combatif, cette demie bonne nouvelle se transformera immanquablement en victoire à la Pyrrhus.

Je souhaitais, Monsieur le Président, attirer dès à présent votre attention sur ces éléments de réflexions.

Merci de votre écoute.

Christophe LEONARD

Conseiller Général des Ardennes

Canton de Charleville-Centre