Désenclavement du territoire : Ligne SNCF Charleville - Givet

Ouvrant les Ardennes sur les marchés économiques de l’Europe du nord en permettant une liaison transfrontalière directe entre Reims et Namur, la ligne ferroviaire Charleville-Mézières-Givet se trouve aujourd’hui dans état de délabrement incompatible avec la sécurité des usagers et les besoins économiques ardennais.

TER

Faudra-t-il attendre un nouveau « Brétigny-sur-Orge » pour que les pouvoirs publics prennent la décision d’intervenir positivement dans ce dossier ?! Aujourd’hui, alors que le rapport DURON a souligné en juin 2013 que les besoins d'entretien et de modernisation de l'existant doivent constituer la toute première priorité en matière d'investissement ferroviaire, Réseau Ferré de France reconnaît « le rôle crucial joué par la ligne Charleville-Mézières-Givet » mais refuse de faire les investissements nécessaires préférant pratiquer un « rustinage » annuel pour une maintenance illusoire, en pure perte de l’argent des contribuables. De son côté, l’Etat estime que les collectivités locales, la région en particulier, doivent mettre la main à la poche. Comme me l’a répondu dans l’hémicycle, le secrétaire d'Etat en charge des transports le 6 mai dernier.

Or, sur cette ligne NATIONALE, elles n’ont pas compétence !

C’est pourquoi je me suis abstenu le 24 juin dernier lors du vote sur la Réforme ferroviaire et poursuis inlassablement consultations, alertes et médiations dans le but que ce dossier trouve enfin sa solution.

L’objectif : Investir rationnellement les 150 millions d’euros nécessaires à sa réhabilitation, dont l’échelonnement à raison de 5 tranches de 30 millions d’euros sur 10 ans pourrait utilement être planifié.

Gare Revin

L’objectif :

Investir rationnellement les 150 millions d’euros nécessaires à sa réhabilitation, dont l’échelonnement à raison de 5 tranches de 30 millions d’euros sur 10 ans pourrait utilement être planifié.

Les usagers de la ligne :

  • 828 000 passagers par an
  • 54% de salariés effectuant
  • 21% d’étudiants et d’élèves

La ligne en chiffre :

  • 64 kms
  • 15 villes desservies
  • 6 tunnels (3 kms au total)
  • 14 points de ralentissement
  • 4,5 millions € / an, pour la maintenance
  • 150 millions € pour une réhabilitation totale
  • 50 millions € investis par la Région pour le renouvellement du matériel roulant depuis 2004
  • 25’ : temps de parcours en plus sur 20 ans

Dates à retenir :

  • 23 octobre 2012 : Rencontre avec Guillaume PEPY, Président de la SNCF
  • 30 Janvier 2013 : Rencontre avec Philippe DURON, Président de la commission Mobilité 21
  • 03 avril 2013 : Déplacement de la Commission Mobilité 21 dans les Ardennes
  • 25 juin 2013 : Question écrite au Ministre des Transports
  • 06 Mai 2014 : Question orale au Secrétaire d’Etat chargé des Transports