Fab21 - Savoir rebondir

Implantée à Fumay et employant 81 personnes, l’usine GODART était vouée à la fermeture suite à la décision prise le 26 avril 2013 par les dirigeants du groupe japonais MARUYASU. Aujourd’hui rebaptisée FAB 21, la PME a conservé ses emplois pour la sauvegarde desquels elle continue de prospecter des marchés sur ses métiers d’origine et s’ouvre sur l’avenir en participant à la révolution design et à la fabrication additive en 3D.

Usine Godart

Je tiens à saluer ici la capacité de rebond des porteurs de ce projet…

…de reconquête industrielle que j’ai accompagné plusieurs fois auprès du Cabinet du Ministère du Redressement Productif.

Désormais, FAB 21 devenue "une usine pour tous" propose la conception de produits innovants émanant de jeunes créateurs d'entreprises et souhaite devenir un incubateur opérationnel pour accompagner de futurs et nouveaux produits champardennais. J’ai participé à une première démonstration de cette nouvelle orientation lors du 1er week-end du design industriel des 14, 15 et 16 mars derniers au cœur même de l’usine fumacienne. 40 étudiants et 5 professeurs de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims y ont donné corps à un partenariat basé sur la conception originale d’objets quotidiens élaborés à base de tubes, savoir-faire original de GODART.

Fab21
Cité de la mode - Paris

J’ai également accompagné les dirigeants de Fab21 le 22 mai dernier à Paris pour participer au titre de la région Champagne-Ardenne au 3e Rendez-vous du design à la Cité de la mode et du design, en présence du Ministre de l'économie, du redressement productif et du numérique et de la Ministre de la culture et de la communication.

Contact a d’ailleurs été pris à cette occasion avec Arnaud Montebourg pour un déplacement prochain à Fumay.

C’est aussi dans l’objectif de conforter ce projet que j’ai déposé les amendements qui ont permis la poursuite amendée du dispositif Bassin Economique à Redynamiser (BER) qui autorise aujourd’hui FAB 21 à bénéficier de mesures temporaires d'exonération de charges sociales et fiscales permettant d'injecter plus de 2 millions d'euros d'investissements dans son projet industriel d'ici 2017.